ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

L’Algérie doublera les effectifs de la police

 
Pour mieux lutter contre l’insécurité, l’Algérie doublera les effectifs de la police et de la gendarmerie à l’horizon 2009, annonce le ministre délégué chargé des Collectivités locales, Daho Ould Kablia.
samedi 6 mai 2006.

Le nombre des agents de police en Algérie augmentera de 50% pour atteindre 200000 policiers durant les trois prochaines années.Le ministre a répondu ainsi aux questions orales des députés Ahmed Hellali et Khaled Ben Aïssa (FLN), Abdelhak Boumechra (MSP) et Abdelkader Boutemra (FNA) portant sur la propagation du phénomène de criminalité et de trafic de drogue. M. Ould Kablia a précisé, au nom du ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, M. Nouredine Yazid Zerhouni, que « c’est le Conseil de sûreté nationale qui a pris cette décision ». « Il a été également décidé d’augmenter le nombre des agents de la gendarmerie nationale de 50% », a-t-il ajouté. Le ministre a, en outre, indiqué que le nombre des agents de police « s’élève actuellement à 108.469 agents, soit un agent pour 392 citoyens », soulignant que « la meilleure couverture sécuritaire est assurée à Alger, la capitale, avec un agent pour 266 citoyens, alors que la plus faible couverture sécuritaire est enregistrée à Adrar avec un agent pour 675 citoyens ».

Evoquant le phénomène de criminalité, M. Ould Kablia dira que l’Algérie « ne saurait être à l’abri de ce qui passe dans le monde, tels le crime transfrontalier et les réseaux du crime international qui sont autant de facteurs supplémentaires qui influent négativement sur le traitement de ce dossier ». Le recul du terrorisme a laissé la place au développement de la petite délinquance, mais aussi du crime organisé. Devant les députés, le ministre a expliqué la stratégie du gouvernement pour lutter contre l’insécurité qui touche notamment les grandes villes d’Algérie. « Le gouvernement a adopté une stratégie visant à adapter les mécanismes législatifs et opérationnels à la lutte contre la criminalité ». Il a ajouté que « cinq lois importantes ont été promulguées en parallèle avec le redéploiement des structures opérationnelles et le renforcement du nombre des agents de police dans les quartiers ».

Apres avoir relevé la recrudescence durant ces dernières années de certains crimes, notamment dans les wilayas d’Alger, Annaba et Constantine, tels l’atteinte aux personnes et aux biens, coups et blessures, kidnapping, vols qualifiés et vols de véhicules, le ministre a estimé que « la lutte contre la criminalité n’est pas du seul ressort du ministère de l’Intérieur, même s’il détient une grande responsabilité, mais relève également des autres services de sécurité, tel la gendarmerie nationale, le secteur de la justice, les partis politiques et les composantes de la société civile », qui se doivent, dira-t-il, d’accomplir leur mission « en matière de sensibilisation et de vulgarisation quant aux dangers de ce phénomène » en Algérie.

Synthèse de Souad, algerie-dz.com
D’après le Quotidien d’Oran