ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

L’Algérie et la Mauritanie s’expliquent

 
Les relations entre l’Algérie et la Mauritanie et les moyens de renforcer la coopération économique et sécuritaire entre les deux pays ont été au centre des discussions entre Abdelaziz Bouteflika et Ely Ould Mohamed Vall au palais d’El Mouradia.
lundi 8 mai 2006.

Abdelaziz Bouteflika et Ely Ould Mohamed Vall.Le colonel Ould Mohamed Vall, qui est arrivé samedi à Alger pour une visite officielle de deux jours à l’invitation du président Bouteflika, a eu ainsi l’occasion de voir de près la position officielle de l’Algérie vis-à-vis de ses choix politiques, opérés depuis août 2005, c’est-à-dire depuis le putsch militaire qui a mené à destituer l’ancien président Mouâwiya Ould Sid Ahmed Taya. On s’en souvient, à l’époque, le président du Cmjd s’est lancé dans une série de mesures politiques curieuses dont la réunion avec les ambassades des pays qu’il considérait majeurs, les Etats-Unis, la France, la Russie et Israël, au moment où il était confronté à une non-reconnaissance des pays arabes et ceux de l’Union africaine, dont le principe est de ne pas reconnaître les régimes issus de coups d’Etat.

Par la suite, Alger s’était aligné sur le choix du peuple mauritanien pour son nouveau président, dont les mesures politiques d’urgence ont eu l’effet de le faire entourer d’un large consensus et de le créditer d’une volonté réelle de démocratiser son pays. La Mauritanie cherche, de façon méthodique, et en premier lieu, à s’intégrer, économiquement, dans l’espace maghrébin. Pour le moment, donc, Alger reste assez pragmatique pour reconnaître que Vall reste quand même une pièce incontournable du dossier du Sahara occidental, au moment où les tiraillements au sein de l’ONU à ce propos se font sentir.

Hormis l’épineux dossier du Sahara, le pétrole fait aussi partie des soucis algéro-mauritaniens. Il y a quelques mois, lors de la visite du Premier ministre algérien le 15 mars à Nouakchott, dans le cadre de la réunion de la Grande commission mixte, 9 accords ont été signés entre les 2 pays. Le plus important concerne le secteur de l’énergie, puisque la Sonatrach s’intéresserait sérieusement au pétrole mauritanien au niveau de la prospection off shore et on shore. L’entreprise algérienne avait signé un protocole avec son homologue mauritanienne, la Société mauritanienne des hydrocarbures (SMH), pour l’exploitation et le transport du pétrole et du gaz mauritaniens.

En outre, Naftec Mauritanie, spécialisée dans la distribution du pétrole et filiale de la Sonatrach, avec 22% du marché mauritanien, envisage de construire de nouvelles stations-service afin d’élargir sa part de marché. Une route à trois voies entre Choum en Mauritanie et Tindouf en Algérie, sera construite et financée en partie par l’Algérie, d’où la rencontre hier entre Vall et Ouyahia, et à laquelle était convié aussi le ministre des Travaux publics, Amar Ghoul.

Synthèse de Souad, algerie-dz.com
D’après l’Expression