ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Les ports d’Algérie seront paralysés ce dimanche

 
Les principaux ports commerciaux d’Algérie seront paralysés ce dimanche en raison de la décision du syndicat d’observer un arrêt de travail d’une journée pour protester contre le projet de privatisaions.
jeudi 18 mai 2006.

Port de Béjaïa, Algérie.La date choisie par les syndicalistes est loin d’être fortuite. En effet, elle coïncide avec la réunion qui devra se tenir au niveau du ministère des Transport entre la Direction des ports et les PDG des ports. Selon le coordinateur national des ports, M. Benbraïk Driss, « l’assemblée générale a décidé d’un arrêt de travail d’une journée dans les 10 ports commerciaux du pays en réponse au mépris affiché à notre égard et à notre exclusion du dialogue sur la question des privatisations des ports » d’Algérie.

Benbraïk a ajouté qu’ »en dépit des engagements pris lors de la rencontre du 10 avril regroupant le ministre des Transports et les syndicalistes de la Coordination, en présence de deux secrétaires nationaux de la Centrale syndicale UGTA, notamment en ce qui concerne le volet relatif à la poursuite des concertations et le dialogue, l’administration continue d’user du double langage pour nous mettre devant le fait accompli ».

Pour soutenir son discours, le coordinateur national des syndicats des ports d’Algérie donnera comme illustration, une note datant du 5 mai dernier, dans la quelle la Direction des ports appelle les PDG des ports à assister à une réunion ayant comme objet « l’examen de l’état d’avancement du dossier lié à la séparation des activités commerciales et l’autorité portuaire », mais sans pour autant y convier les représentants des travailleurs.

Benbraïk ne manquera pas de dénoncer « la lenteur et les manoeuvres irresponsables au sujet de l’accord conclu le 10 avril dernier entre les syndicalistes et le ministère de tutelle ». Cet accord, a-t-il rappelé, avait consacré une période de deux mois aux deux parties pour aboutir à un programme de travail concerté sur l’avenir des ports commerciaux d’Algérie. Or, a-t-il souligné, « l’administration continue de nous exclure du dialogue ».

Synthèse de Samir, algerie-dz.com
D’après le Quotidien d’Oran