ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Algérie : les opérateurs de téléphonie mobile critiqués

 
Les opérateurs de la téléphonie mobile qui opèrenten Algérie ont été sommés par le ministère des PTT de « se conformer aux obligations fixées dans leurs cahiers des charges en matière d’identification de leurs abonnés ».
jeudi 18 mai 2006.

Mobilis, Djezzy et Nedjma doivent désormais respecter la règlementation sur la vente des puces de téléphone portable.Et c’est le premier responsable du secteur, Boudjemaâ Haïchour, qui a mis, hier, le holà contre une pratique qui porte atteinte à la sécurité publique. Lors de son intervention à l’occasion de la Journée mondiale des télécommunication, placée cette année sous le thème de « promouvoir une cybersécurité mondiale », le ministre a indiqué que « tout en assurant la confidentialité et la protection des informations nominatives qu’ils détiennent sur leurs clients en Algérie, les opérateurs doivent tout mettre en oeuvre pour que l’identification du client soit faite au moment de la souscription de l’abonnement ou de la délivrance de la carte prépayée ».

Ceci, poursuit-il, « relève des prescriptions exigées pour la défense nationale et la sécurité publique ». C’est ainsi que Mobilis (filiale d’Algérie Telecom), Djezzy et Nedjma doivent chacun « avoir une maîtrise totale du réseau et du circuit de distribution de ses produits ». A travers ce rappel à l’ordre, l’autorité de régulation veut mettre fin définitivement à la vente de puces sans contrats. Ce qui passe avant tout par la maîtrise des circuits de distribution, car les trafics les plus importants et le non-respect de la réglementation sont justement signalés à ce niveau.

D’où la nécessité pour les trois opérateurs de la téléphonie mobile de revoir les termes de leurs contrats avec leurs distributeurs de leurs services en Algérie. Le concours des différentes structures de contrôles est également indispensable si l’on veut freiner le marché noir des puces et terminales (portables).

Synthèse de Samir, algerie-dz.com
D’après le Quotidien d’Oran