ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Le tourisme balnéaire en Algérie

 
Le tourisme balnéaire reste peu développé en Algérie et seuls 3000 touristes étrangers ont été séduits par les plages algériennes en 2005.
dimanche 21 mai 2006.

Plus d'un million d'algériens choisissent la Tunisie et le Maroc pour leur vacances chaque année.C’est Béjaïa qui a connu la plus forte affluence avec 500 touristes, suivie de près par Alger avec 414 touristes. C’est ce qui ressort des statistiques officielles et rigoureuses d’institutions en charge, entre autres, de la sécurité des étrangers. Si le chiffre est minime, force est de reconnaître que le taux de croissance des arrivées par rapport à 2004, soit 30%, est jugé important. Cette tendance risque toutefois d’être freinée, cet été, à cause de trois éléments. La coïncidence de l’évènement majeur qui est la Coupe du monde de football 2006, l’inexistence d’un marché du transport aérien et l’absence d’une réelle stratégie pour le secteur.

L’organisation cette année, de la grande fête de la balle ronde, en Allemagne, durant le mois de juin, a poussé les plus importants Tours operators dans le monde à revoir à la baisse leurs prévisions pour l’été 2006. En Algérie, bien qu’il s’agisse d’une destination à l’état embryonnaire, les spécialistes nationaux s’attendent à une baisse, si ce n’est pas du nombre, du moins du taux de croissance des arrivées. Cette éventuelle tendance à la baisse semble avoir échappé aux pouvoirs publics lors de l’organisation du dernier Salon du tourisme d’Alger.

En effet, bien que les spécialistes algériens les plus crédibles ne cessent de plaidoyer pour une relance du tourisme national par le balnéaire, aucune politique n’est affichée dans ce sens. Organisé du 15 au 19 mai derniers, donc la veille de la saison estivale, le Salon international du tourisme et des voyages a prévu un “eductour” pour les invités étrangers à Timimoun, dans le Sud et non dans le Nord. L’Algérie se retrouve donc le seul pays dans le monde qui fait la promotion de son désert alors qu’il fait déjà 35 degrés sur ses côtes.

L’Eductour aurait pu être une occasion pour promouvoir le balnéaire au moins auprès de la clientèle nationale. Le nombre des Algériens qui ont choisi de passer leurs vacances d’été 2005 en Tunisie et au Maroc dépasse le million, soit 20% de l’ensemble des arrivées en Tunisie. Il s’agit d’une demande qui, à elle seule, peut créer un véritable boom touristique avec une recette supplémentaire minimale de 500 millions d’équivalent en euros. Cette clientèle, qui existe et qui a le voyage dans le sang depuis les fameuses années du tourisme de masse, ne va pas en Tunisie pour le thermalisme mais pour le balnéaire, d’où l’importance de développer ce créneau en Algérie.

Synthèse de Ahlem, algerie-dz.com
D’après Liberté