ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Erdogan en visite en Algérie

 
La visite de Recep Tayyip Erdogan en Algérie sera l’occasion de la signature d’un traité d’amitié et de coopération entre Alger et Ankara, selon l’ambassadeur de Turquie à Alger, Ercumend Ahmet Enç.
lundi 22 mai 2006.

Recep Tayyip ErdoganIl expliquera que la visite du Premier ministre les 22 et 23 mai en Algérie, qui sera accompagné d’une importante délégation d’hommes d’affaires turcs, s’inscrit en droite ligne des aspirations des deux pays à instaurer une coopération durable, particulièrement après la visite l’année dernière du chef de l’Etat, M. Abdelaziz Bouteflika, en Turquie. « L’Algérie et la Turquie respectent les mêmes idéaux républicains et nous partageons les mêmes désirs de paix et de prospérité », a déclaré l’ambassadeur, qui soulignera dans le même sillage que « les relations entre les deux pays ont connu ces dernières années un véritable décollage ».

Pour preuve, il donnera le montant des échanges commerciaux entre les deux pays en 2005, qui s’élève à 2,5 milliards de dollars, soit une hausse de 25% par rapport à l’année précédente. « Nos relations n’ont pas de limites et nos économies sont complémentaires », a-t-il ajouté, non sans saluer au passage les réformes engagées par l’Algérie à tous les niveaux, des réformes qui, dit-il, lui font rappeler celles engagées dans son propre pays et qui ont permis à la Turquie d’être la 19ème puissance économique mondiale. L’ambassadeur, qui affirme que son pays a su surmonter toutes les crises et dispose aujourd’hui d’un gouvernement stable, promet que d’ici 2010, la Turquie occupera la 10ème position dans l’économie mondiale.

Interrogé sur l’accession de la Turquie à l’Union européenne, le diplomate soulignera que les négociations sont toujours en cours et que la question chypriote n’a jamais été abordée lors des discussions avec l’UE comme préalable à l’adhésion de son pays aux côtés des 25 autres membres. Concernant le Sahara Occidental, le chef de la mission diplomatique à Alger dira que cela relève de l’ONU et que la Turquie soutient tous les efforts onusiens pour un règlement pacifique du conflit. Enfin, il y a lieu de souligner que le Premier ministre turc devrait avoir des entretiens avec le chef de l’Etat, Abdelaziz Bouteflika, et devrait également être reçu par les présidents des deux chambres parlementaires.

Synthèse de Billal, algerie-dz.com
D’après le Quotidien d’Oran