ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Perturbations dans les ports d’Algérie

 
Neuf ports commerciaux d’Algérie ont suivi la grève décidée par la coordination des syndicats des ports, pour dénoncer le projet gouvernemental de privatisations des entreprises portuaires.
lundi 22 mai 2006.

Port d'Alger, Algérie.« Seul le port de Annaba, pour un problème d’ordre organique », n’a pu répondre à cet appel, nous a confié hier le coordinateur national des syndicats des ports, M. Benbraïk Driss. En effet, a-t-il expliqué, le nouveau conseil syndical du port de Annaba qui vient tout juste d’être élu, ne pouvait adhérer au mouvement sans avoir au préalable reçu le PV d’installation de la part de l’union de wilaya UGTA. C’est un « contretemps » qui ne diminue en rien l’engagement du conseil syndical de Annaba qui, rappelle notre interlocuteur, était présent parmi nous lors de la réunion de Ghazaouet et avait cosigné le PV final appelant à une journée d’arrêt de travail pour le 21 mai.

Egalement prévue pour hier, la réunion qui devait se tenir entre la direction des ports et les PDG des entreprises portuaires au niveau du ministère des Transports a finalement été reportée à une date ultérieure, a affirmé M. Benbraïk. Le coordinateur national des syndicats des ports a avancé un taux de 100% de suivi de la grève sur l’ensemble des ports d’Algérie. Et d’ajouter qu’au total, pas moins de 97 navires à quai étaient paralysés. A la lecture des chiffres relatifs au nombre de navires immobilisés au niveau de chacun des ports qui étaient en grève hier, on peut constater que le port d’Oran vient en deuxième position avec 15 navires à quai, juste derrière le port d’Alger où 48 navires étaient immobilisés à quai.

Le manque à gagner engendré par une journée d’arrêt de travail au niveau du port d’Oran, si l’on prend comme référence la grève du 4 octobre dernier, serait de l’ordre de 1,1 milliard de centime, a affirmé M. Benbraïk. Le coordinateur national des syndicats des ports a annoncé en outre que la coordination tiendra avant la fin du mois de mai en cours une réunion d’évaluation de cette journée de grève. Il a réitéré la position de la coordination qui, a-t-il dit, a toujours privilégié les voies du dialogue, mais qui n’hésitera pas, si nécessaire, à user de tout son droit pour mener les actions légitimes qu’elle juge utiles pour défendre les droits inaliénables des travailleurs des ports d’Algérie.

Synthèse de Billal, algerie-dz.com
D’après le Quotidien d’Oran