ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

L’Algérie célèbre la Journée mondiale de l’environnement

 
L’Algérie a été choisi cette année pour organiser la Journée mondiale de l’environnement qui aura lieu le 5 juin prochain à Alger en partenariat avec le ministère de l’Environnement et de l’Aménagement du territoire.
mercredi 24 mai 2006.

Pour lutter contre la désertification, Chérif Rahmani recommande de ne pas quitter les zones arides.Il s’agit d’un programme assez riche ayant à la fois une dimension sociale, culturelle, environnementale et scientifique. Il a été élaboré en étroite collaboration avec le comité interministériel algérien et les Nations unies. Au menu du programme, un train de l’environnement qui sillonnera quelques villes, des manifestations sportives, des expositions photo de la Fondation déserts du monde, le nettoyage des plages et la récupération des sachets plastique par des enfants et des ONG, des campagnes de reboisement, des conférences internationales sur la désertification, et pour finir des pièces de théâtre, des films et des expositions de peintures sur le désert.

Le thème retenu pour la célébration de cette Journée mondiale de l’environnement en Algérie, est « ne désertez pas les zones arides ». Le président de la République a lancé un appel pour l’élaboration d’une charte universelle sur les déserts et la lutte contre la désertification à travers un message rédigé pour la circonstance et présenté par le ministre de l’Environnement et de l’Aménagement du territoire. « En ce début de l’année 2006, et à l’issue de cette journée, nous appelons à l’adoption d’une charte universelle pour les déserts et la lutte contre la désertification » dans le souci de revaloriser les zones arides et semi-arides et lutter ainsi contre la pauvreté qui gangrène plusieurs pays notamment les pays subsahariens.

Le message du secrétaire général des Nations unies, M. Kofi Annan, exprimé à l’occasion de la célébration de cette journée, oeuvre dans le même sens. « Les zones arides, présentes dans toutes les régions du monde, couvrent plus de 40% de la surface de la planète et plus de 2 milliards de personnes, soit un tiers de la population mondiale, y habitent. Ces zones sont écologiquement, économiquement et socialement marginalisées, nous ne pouvons pas négliger les gens qui y vivent, ni le milieu fragile dont ils dépendent », a-t-il signalé.

Synthèse de Billal, algerie-dz.com
D’après le Quotidien d’Oran