ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Mohamed Benchicou libéré

 
Mohamed Benchicou a été accueilli par plusieurs dizaines de personnes dont des animateurs du mouvement citoyen lors de sa libération de la prison d’El-Harrach, près d’Alger.
jeudi 15 juin 2006.

Mohamed BenchicouDes youyous et des cris de joie ont été entendus durant plusieurs minutes alors que les photographes, très nombreux en la circonstance, se bousculaient pour prendre en photo Benchicou. Il y avait foule hier devant la prison d’El-Harrach, ce qui a provoqué une bousculade empêchant Mohamed Benchicou de faire les premiers pas en dehors de la prison, d’où l’intervention des éléments de la police pour remettre de l’ordre. Quelques minutes après, il salue la foule et monte dans un véhicule qui le transporte jusqu’à la place de la liberté de la presse sise à la rue Hassiba Ben Bouali.

Sous un soleil de plomb, le cortège est arrivé à onze heures précises à Alger-centre. La délégation, à sa tête Mohamed Benchicou, est accueillie par des applaudissements. Au niveau de la place de la liberté de la presse, une gerbe de fleurs a été déposée à la mémoire des journalistes assassinés durant la décennie noire. L’autre étape faisant partie du programme du comité pour la libération de Benchicou était celui d’observer une halte au niveau du garage de l’ETUSA, à une centaine de mètres du siège de la maison de la presse Tahar Djaout. Une autre gerbe de fleurs a été déposée et une minute de silence a été observée à la mémoire des deux journalistes morts le 14 juin 2001 en plein exercice de leur métier. C’était lors de la marche organisée par le mouvement citoyen à Alger.

L’ultime et dernière étape était la maison de la presse Tahar Djaout où journalistes et citoyens attendaient Mohamed Benchicou. Quelques minutes seulement après avoir mis les pieds à l’intérieur de l’enceinte de la maison de la presse, il se dirige vers le siège de son journal Le Matin dont les portes sont fermées depuis deux années. Après un bref « pèlerinage » dans les locaux du journal, Benchicou salué par beaucoup de personnes est dirigé vers le siège du comité pour sa libération. Après une halte qui a duré près d’une heure, Mohamed Benchicou est invité à prendre la parole lors d’une cérémonie improvisée pour décerner le prix Benchicou de la liberté de la presse aux deux journalistes, en l’occurrence le Marocain Ali Lemrabet et l’Algérien Bachir Larabi, correspondant du journal El-Khabar dans la wilaya d’El-Bayadh.

Synthèse de Ahlem, algerie-dz.com
D’après le Quotidien d’Oran