ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Nouvel attentat terroriste en Arabie Saoudite

 
Même si le bilan est loin d’être définitif, la menace terroriste sur l’Arabie Saoudite se confirme de plus en plus. Hier, c’est la ville portuaire de Yanbu, dans le nord-ouest du pays sur la mer Rouge à 350 km de la capitale Riyad, qui a fait l’objet d’une attaque.
dimanche 2 mai 2004.

Ce sont les employés étrangers d’une entreprise qui ont constitué la cible des assaillants. Si la télévision d’État saoudienne avance le chiffre de trois morts, tous de nationalité étrangère, un diplomate occidental n’hésite pas quant à lui de parler de six personnes tuées, dont une de nationalité américaine. Selon le porte-parole de l’ambassade de Grande-Bretagne, un Britannique figurerait parmi les victimes. “Nous avons des informations selon lesquelles un Britannique a été tué à Yanbu”, a-t-il déclaré à la presse avant d’ajouter que le consul du Royaume-Uni s’était rendu à Yanbu pour se rendre compte lui-même des faits et suivre les développements de l’affaire. Quant aux auteurs de l’attentat, ils étaient au nombre de quatre d’après la source officielle saoudienne.

Une fois leur forfait accompli, ils se sont emparés du véhicule d’un Saoudien et ont pris la fuite. Alertées, les forces de sécurité saoudiennes engagent alors une véritable course-poursuite, selon la même source. Elles parviendront à tuer trois des assaillants et à capturer le quatrième. L’information est corroborée par des correspondants de presse locaux qui avaient annoncé plus tôt dans la journée la mort de deux terroristes dans la ville de Yanbu, à la suite de violents accrochages avec les forces de sécurité saoudiennes. En dépit, d’importantes opérations de recherche des services de sécurité saoudiens constatées depuis quelques jours, une recrudescence de l’activité terroriste est signalée dans diverses régions du pays. Au lendemain de l’attentat suicide ayant visé le quartier général des forces de sécurité saoudiennes le 21 avril dernier, et qui avait fait quatre morts et cent quarante-huit blessés, cinq activistes avaient été abattus par la police à Djeddah après de violents échanges de tirs. Lundi dernier, quatre terroristes, figurant sur la liste nominative de terroristes les plus recherchés dans le royaume, sont traqués par les forces de l’ordre à Ammariya, située à une quarantaine de kilomètres au nord-ouest de Riyad. L’opération se serait soldée par un échec, car aucun bilan n’a été fourni par la suite. C’est le ministre saoudien de l’intérieur, Nayef Ben Abdelaziz, qui s’est chargé deux jours plus tard de révéler que les forces de sécurité avaient réussi à faire avorter des dizaines d’attaques terroristes. Il a confirmé la traque d’ Ammariya, affirmant qu’elle se poursuivait sans pour autant donner un quelconque bilan.

Une chose est sûre, le royaume wahhabite vit des moments difficiles sur le plan sécuritaire. Autrefois fief des mouvements intégristes, l’Arabie Saoudite ne cesse depuis les attentats de Riyad du mois de mai dernier de traquer les activistes terroristes en vain. Des actions terroristes sont régulièrement signalées dans le pays. Qui sème le vent récolte la tempête.

Par Abdelkamel K., Liberté