ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

L’Algérie dispose de 309 plages autorisées

 
La saison estivale qui a récemment commencé en Algérie, s’annonce des plus animées avec l’arrivée massive des estivants nationaux et expatriés sur les 309 plages autorisées sur l’ensemble des villes côtières du pays.
jeudi 15 juin 2006.

Une plage en Algérie.Les aéroports algériens connaîtront au fur et à mesure un rythme plus cadencé avec l’arrivée massive des émigrés en provenance d’Europe, du Canada et particulièrement de France. La voie maritime est également sollicitée par les voyageurs en provenance de la cité phocéenne Marseille et d’Alicante, deux destinations desservies par l’Entreprise nationale de transport maritime de voyageurs (ENTMV).

Selon les déclarations de Noureddine Moussa, ministre du Tourisme, qui a effectué le déplacement à Béjaïa pour donner le coup d’envoi, « la saison estivale est une affaire d’approche stratégique et d’organisation technique. Nous refusons de l’inscrire comme une simple activité routinière, mais elle doit être perçue comme une activité économique ». La saison estivale en Algérie est même considérée comme un vecteur de développement du tourisme affinitaire (visites aux parents et amis) en direction des Algériens résidant à l’étranger.

Alors que la diaspora marocaine génère chaque année plus de 20 milliards de dirhams en transferts de devises au Maroc et que 35 à 40% des flux financiers sont enregistrés en juillet-août, période estivale des grands retours au pays, les Algériens établis à l’étranger ne contribuent pas suffisamment à l’essor économique de l’Algérie. La saison estivale est aussi perçue par les autorités comme un apprentissage dans le cadre du développement de la promotion du tourisme à l’international.

Concernant les plages autorisées à la baignade en Algérie, elles sont passées de 285 plages en 2004 à 293 plages en 2005, et cette année, le nombre a atteint 309 plages. Au-delà de la valorisation des potentiels naturel et culturel, le grand challenge est l’amélioration de la qualité des prestations qui laissent à désirer.

Synthèse de Rayane, algerie-dz.com
D’après El Watan