ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Algérie : vers une nouvelle constitution ?

 
Abdelaziz Belkhadem estime que l’Algérie a besoin d’une nouvelle constitution nécessaire selon lui pour consacrer la séparation des pouvoirs, et confirme son souhait que que le président Abdelaziz Bouteflika se représente pour un 3ème mandat.
samedi 17 juin 2006.

Abdelaziz Belkhadem, Algérie.« Si M. Bouteflika décide de se présenter pour un troisième mandat, il aura le soutien du FLN, mais le problème ne se pose pas à ce niveau et nous n’avons jamais proposé dans notre document une présidence à vie. D’ailleurs, personne n’acceptera un président à vie, c’est insensé », a déclaré M. Belkhadem. Dans sa lancée, l’orateur fera remarquer que les propositions portées dans le document qui sera remis, avant la fin du mois, au président de la République ne limitent pas le nombre des mandats présidentiels mais les laissent ouverts.

« Nous considérons que la dernière décision revient au peuple qui aura à choisir le président qu’il jugera apte sur la base d’un programme. L’amendement de la Constitution comme proposé par notre parti permet à tous les candidats de se présenter aux élections. Des élections basées essentiellement sur la transparence la plus totale où le contrôle sera de rigueur. Nous sommes pour l’égalité des chances et les citoyens doivent connaître les programmes de tous les candidats. » Le FLN prône un régime présidentiel en Algérie. Ce fait a été confirmé par Belkhadem, en marge des travaux de cette session extraordinaire qui a vu la présence de 109 membres. Pourquoi ce choix ? L’orateur s’en défend, arguant que le régime actuel n’est pas tout a fait clair.

« Nous ne sommes pas contre le régime parlementaire qui a ses points positifs et négatifs. Mais c’est un choix. Les propositions de notre formation vont dans le sens d’un régime présidentiel en Algérie, et ce, pour une définition des responsabilités et le respect de la volonté du peuple de choisir le programme qui lui convient. Nous allons soumettre nos propositions au Président et ce dernier est libre de les accepter comme telle, de les revoir ou bien de les rejeter », a souligné M. Belkhadem. Toutefois, notons que parmi les suggestions du FLN figure l’institution d’un poste de vice-président de la République ou de plusieurs vice-présidents et le poste de Premier ministre et ce « dans le but d’éviter que le pouvoir exécutif ne soit pas bicéphale » en Algérie. Interrogé sur l’option du FLN quant à cette question, M. Belkhadem répondra que son parti propose que le vice-président soit désigné par le premier magistrat du pays en personne.

Synthèse de Billal, algerie-dz.com
D’après El Watan