ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Le prix de la sécurité en Kabylie

 
Le retour de la gendarmerie en Kabylie est jugé nécessaire par les partis politiques et une large partie de la population, pour lutter contre la délinquance et ramener la sécurité dans la région kabyle.
lundi 19 juin 2006.

Le prix de la sécurité en Kabylie.A Tizi-Ouzou, cette manifestation qui a élu domicile au Centre de formation professionnelle de Draâ El-Mizan a connu son coup de starter sous les auspices du wali, accompagné de tous les membres de l’exécutif. Il est vrai que l’objectif recherché par la gendarmerie, à travers la tenue des journées portes ouvertes, n’est autre que celui de se rapprocher davantage du citoyen, via une stratégie privilégiant le travail de proximité.

Néanmoins, il semble que cette explication est reléguée au bas de l’échelle dans l’esprit de la population kabyle qui, dans son appréhension de l’évènement entrevoit des signes avant-coureurs d’un redéploiement du corps de la gendarmerie dans la région. En effet, la présence, voire la participation des autorités locales à l’inauguration de cet événement en Kabylie, n’est pas passée inaperçue, du côté de la population comme de celui des leaders du mouvement citoyen. De nouveau le débat sur le retour des gendarmes en Kabylie est relancé.

Cette région est, donc, vouée aux gémonies depuis les évènements douloureux qu’elle a eu à subir au courant du printemps 2001 et qui se sont traduits par le retrait des éléments placés sous le commandement d’Ahmed Boustila, chef d’état-major de la Gendarmerie nationale. La sécurité en Kabylie fait défaut, et plusieurs voix émanant de la base citoyenne ne cessent de dénoncer cet état de fait aux allures d’un phénomène de plus en plus inquiétant. « La sécurité est une revendication citoyenne », notera sans ambages le wali de Tizi-Ouzou lors d’une rencontre qu’il a tenue avec les représentants de la presse locale.

Néanmoins, à l’instar des autres régions du pays qui sont, elles aussi, livrées aux méfaits de l’insécurité et à toute forme de banditisme, il se trouve que, pour ce qui est de la Kabylie, satisfaire une telle revendication, relevant du reste des prérogatives de l’Etat, est loin d’être une sinécure. De ce fait, les réclamations des citoyens vont-elles massivement dans le sens du redéploiement de la gendarmerie dans la région. Une solution vraisemblablement prise en considération par les pouvoirs publics comme étant la seule alternative à même de rétablir la sécurité dans la région.

Synthèse de Samir, algerie-dz.com
D’après l’Expression