ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Immigration : l’Algérie n’ira pas au Maroc

 
La conférence Afrique-UE sur l’immigration clandestine prévue au Maroc les 10 et 11 juillet prochains, se fera sans l’Algérie qui, par la voix de Abdelkader Messahel, s’est dite non concernée par le reunion de Rabat.
samedi 24 juin 2006.

Immigration : l'Algérie n'ira pas au Maroc.Lors d’un point de presse animé jeudi à l’issue du Conseil de gouvernement, réuni à Rabat (Maroc), le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, Nabil Benabdallah, a affirmé que la position algérienne revêt un caractère politique et, par conséquent, n’a aucun rapport avec le sujet de la conférence. Il a insisté sur le fait que le phénomène de la migration, qui doit rester « loin de tout calcul politique », requiert l’implication de tous dans la recherche de formules pour le traitement de cette question qui concerne des millions d’Africains.

Une attitude qui n’arrange pas le Quai d’Orsay, dont le porte-parole, Jean François Mattei espérait voir l’Algérie prendre part à la conférence Afrique-UE sur l’immigration. « L’Algérie a été invitée à ce titre et nous lui avons fait part de notre souhait qu’elle puisse être représentée », a déclaré M.Mattéi. Cette conférence « doit conduire à mettre en place un partenariat sur les questions des migrations entre les pays placés sur les routes migratoires de l’Afrique centrale et de l’Ouest vers l’Europe », avait souligné le porte-parole du Quai d’Orsay. Tenue par un engagement les 5 et 6 juin derniers à Tripoli, sur la même question, sous l’égide de l’Union africaine, l’Algérie entend ne pas participer à la rencontre Afrique-UE de Rabat au Maroc.

Alger estime, en effet, que le dossier de l’immigration relève prioritairement de l’Union africaine, seule organisation habilitée à traiter de cette question auprès de ses partenaires de l’Union européenne. En d’autres termes, l’Algérie refuse de prendre part à une conférence qui circonscrit le traitement de l’épineux problème de l’immigration clandestine dans un cadre multilatéral. Un dossier, on ne peut plus complexe, qui doit impliquer l’Union africaine et l’Union européenne, au lieu d’être réduit à trois pays. A noter qu’en avril dernier, le ministre algérien délégué aux Affaires maghrébines et africaines, Abdelkader Messahel, avait déclaré que son pays n’était pas concerné par la réunion de Rabat. Ce qui expliquait la crainte de la France et du Maroc que l’absence de l’Algérie de leur rencontre aboutisse à un boycott important des pays de l’UA.

Synthèse de Kahina, algerie-dz.com
D’après l’Expression