ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Algérie-France : fin des quotas pour les visas

 
Les demandeurs de visas en Algérie vont désormais bénéficier des nouveautés introduites par le service des visas du consultat de France à Alger, notamment la suppression des quotas et la fin progressive des files d’attente que dénonçaient les algériens.
jeudi 29 juin 2006.

Algérie-France : fin des quotas pour les visas.L’octroi des visas, selon le consul général de France à Alger, Francis Heude, se fait simplement sur la base de la crédibilité du dossier présenté, sans plus. Cette déclaration qui émane d’un haut représentant diplomatique traduit effectivement la volonté du gouvernement français de rectifier sa politique vis-à-vis de l’Algérie. Comme elle survient suite aux remarques émises par le gouvernement algérien. Le ministre des Affaires étrangères, M.Mohamed Bedjaoui, est revenu lors d’une rencontre euro- méditerranéenne, tenue récemment, pour dénoncer la politique restrictive adoptée par les pays de la rive nord en matière d’octroi de visas en faisant allusion directement à la France. « Sans une libre circulation des personnes, il ne peut pas y avoir de rapprochement entre les deux rives de la Méditerranée », a affirmé M.Bedjaoui.

Il faut également rappeler, dans cet ordre que le chef de la diplomatie française, M.Douste-Blazy, avait été interpellé sur la question de la libre circulation des personnes entre l’Algérie et la France. Le fait de supprimer les quotas montre que les choses commencent à bouger du côté de Paris qui a bien saisi le message d’Alger. Ce qui confirme cet état d’esprit, c’est que la sortie médiatique du consulat de France est la deuxième du genre en l’espace d’un mois seulement. Cette sortie vise certainement à réchauffer les relations entre les deux pays qui traversent depuis quelque temps une « zone de turbulences ».

Selon le consul général, quelque 400 titres de visa, sont délivrés par jour. Quant aux dossiers rejetés, le taux est estimé à 45%. La raison principale à l’origine du rejet des dossiers, explique M.Heude, est le risque immigration. Même si aucun quota n’est fixé, il n’en demeure pas moins que les services consulaires restent très prudents sur la question de l’immigration. Avec l’adoption de la loi Sarkozy sur l’immigration clandestine, il ne faut pas du tout espérer une éventuelle souplesse sur les visas en faveur des citoyens algériens. D’ailleurs, les frais de visas seront revus à la hausse à partir du 1er octobre prochain. Estimés actuellement à 35 euros, les frais seront portés à 60 euros.

Synthèse de Kahina, algerie-dz.com
D’après l’Expression