ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Philippe Golub : “L’administration Bush panique”

 
Philippe Golub enseigne les sciences politiques à l’Université américaine de Paris. Il est spécialiste des États-Unis. Il s’exprime à propos de la réaction de l’administration Bush.
mercredi 5 mai 2004.

Liberté : Comment a été accueillie aux États-Unis la publication des photos montrant des soldats américains torturant des prisonniers irakiens ?
Philippe Golub : La publication de ces photos a constitué un véritable tournant pour l’opinion publique et chez les élites politiques. Ces dernières réalisent maintenant que les Américains sont en train de perdre la bataille d’Irak aux niveaux psychologique et des images. Nous sommes peut-être en train d’assister à un véritable tournant stratégique irréversible de perte de crédibilité dans cette entreprise irakienne. L’administration Bush s’est lancée dans cette aventure arguant de la légitimité du modèle démocratique américain. Or, ces images choquantes remettent en cause, de façon importante, la légitimité de toute l’opération irakienne.

À présent que les Américains ont perdu leur crédibilité en Irak, quels sont les scénarios plausibles pour l’après-30 juin prochain, date du transfert officiel de la souveraineté à un gouvernement irakien ?
Plusieurs scénarios sont envisageables. Parmi eux : les États-Unis, voyant que leurs objectifs initiaux sont irréalisables, s’engagent à un transfert effectif de l’autorité politique et stratégique à l’ONU. Mais l’administration Bush hésite encore beaucoup sur cette option qui placerait l’armée américaine sous l’autorité des Nations unies. Pourtant, il faudra bien passer par-là s’ils veulent récupérer une certaine légitimité en Irak même. Mais, pour l’instant, le calcul de l’administration consiste à essayer de s’appuyer à la fois sur des éléments chiites autour de l’ayatollah Sistani et sur des éléments de l’ancien régime. Du coup, sur le terrain, elle gère la situation au jour le jour. Depuis quelque temps, comme le souligne la presse américaine depuis deux jours, on observe un sentiment de panique au sein de l’administration Bush.

Quel sera l’impact de cette situation sur l’image de “l’Amérique surpuissance” ?
Pour plusieurs spécialistes, les Américains sont en train de perdre une bataille décisive. Nous assistons à un retournement très net de l’opinion publique internationale, et pas seulement celle des pays arabo-islamiques. Ce retournement risque d’être durable si l’équipe Bush reste au pouvoir. Évidemment, si le pouvoir change aux États-Unis après la présidentielle de novembre prochain, on assistera, sans doute, à un changement sensible de la politique étrangère américaine. Dans le cas inverse, je pense qu’on se dirigera vers une véritable fracture entre l’Amérique et le reste de la communauté internationale.

source : Liberté