ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

L’aérogare d’Alger inaugurée

 
La nouvelle aérogare d’Alger, qui a coûté pas moins de 50 milliards de DA et des années de retard, a été inauguré par le président Abdelaziz Bouteflika en présence de plusieurs ministres du gouvernement Belkhadem.
jeudi 6 juillet 2006.

L'aérogare d'Alger inaugurée. Abdelaziz Bouteflika a toujours eu « à coeur » la réalisation de cette importante infrastructure et dont le retard a valu au ministre des Transports, pour rappel, d’assez sévères critiques. Il est utile de savoir que la réalisation de la nouvelle aérogare d’Alger a coûté quelque 50 milliards de dinars et offre une capacité de transport de 6 millions de passagers par an.

La deuxième escale du chef de l’Etat a été Rouiba (à l’est d’Alger), où il a inauguré la base centrale de maintenance de locomotives du transport ferroviaire de la SNTF. En fait, il s’agit là de la délocalisation de la base de maintenance d’El-Hamma sise au centre d’Alger. Un ouvrage qui permettra à la Société nationale du transport ferroviaire de disposer de plus de moyens et de moderniser ses installations. Lors de l’inauguration, le chef de l’Etat a mis l’accent sur la nécessité d’opter pour un chemin de fer « très performant » avec « des locomotives équipées de toutes les commodités nécessaires, telles la cabine individuelle et le service de restauration » pour une « meilleure prise en charge » des voyageurs.

Bouteflika, qui a suivi un exposé sur les activités de cette nouvelle base, a fait par la suite le tour de l’ensemble des ateliers où il s’est enquis du fonctionnement des différents services. D’après les explications fournies au chef de l’Etat, il ressort que la Société nationale du transport ferroviaire (SNTF) s’est engagée dans « une vaste opération de modernisation de son parc voyageurs » pour le mettre en « harmonie » avec le matériel neuf en voie d’acquisition. Ainsi, les ateliers de la nouvelle base, qui dispose de 230 agents, sont consacrés à la réparation et à la rénovation des locomotives diesel et électriques, dans la mesure où l’Algérie a opté pour une électrification de son réseau ferroviaire, a-t-on expliqué.

Synthèse de Samir, algerie-dz.com
D’après le Quotidien d’Oran