ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Logement en Algérie : la CNEP innove

 
Pour faire face à la crise du logement en Algérie, la CNEP innove et lance un programme location-vente de 22.000 logements pour les souscripteurs qui remplissent certaines conditions afin qu’ils ouvrent droit à l’acquisition d’un logement.
dimanche 9 juillet 2006.

Logement en Algérie : la CNEP innove. Les différentes formules proposées jusque-là (AADL, logements sociaux, logements participatifs et autres) ont jusque-là montré leurs limites. Certes, les formules en question ont contribué à résorber un tant soit peu ce problème et à répondre aux attentes des citoyens désireux d’acquérir un logement, mais sans pour autant arriver à satisfaire tous les nécessiteux. Le programme AADL lancé en 1990 a été jugé, en ce temps, comme une bouée de sauvetage pour l’Algérien moyen mais il faut souligner que le dit programme, qui au début a trouvé toutes les ferveurs du citoyen, ne fait plus l’unanimité tant et si bien que des souscripteurs de première heure ont préféré lui tourner le dos, allant jusqu’à retirer définitivement leur dossier de cet organisme.

Un autre organisme vient, en effet, d’innover dans ce domaine en lançant un programme de 22.000 logements en location-vente répartis dans différentes régions de l’Algérie. Il s’agit de la CNEP qui, en quelque sorte, s’est substituée aux APC pour carrément proposer une forme de logements à ceux qui désirent en acquérir. Car, pour une nouveauté, ç’en est une dans la mesure où la CNEP s’est contentée jusque-là à satisfaire les besoins de ses épargnants mais en leur proposant la vente de logements, non la location-vente. Dans un encart publicitaire paru, hier, dans un quotidien national, la CNEP lance un programme location-vente de 22.000 logements pour les souscripteurs qui remplissent certaines conditions afin qu’ils ouvrent droit à l’acquisition d’un logement.

En premier lieu, il faut que le postulant ne possède pas ou n’ayant pas possédé un logement en toute propriété ; en second, il faut que celui-ci n’ait pas bénéficié d’une aide financière de l’Etat ou d’un financement de la CNEP-Banque pour la construction ou l’acquisition d’un logement et, enfin, et là c’est vraiment encourageant pour les éventuels souscripteurs, le revenu mensuel du postulant ne doit pas excéder cinq (05) fois le SNMG, c’est-à-dire un revenu qui ne dépasse pas 50.000 DA. Cette offre fera certainement des heureux dans la population algérienne car le revenu mensuel constitue souvent un handicap pour les souscripteurs dont les rétributions sont moyennement élevées.

Synthèse de Ahlem, algerie-dz.com
D’après le Quotidien d’Oran