ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

La gendarmerie de retour en Kabylie

 
La gendarmerie effectuera un retour progressif en Kabylie pour assurer ses missions de protection des biens et des populations, selon le ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, Nouredine Yazid Zerhouni.
lundi 10 juillet 2006.

La gendarmerie de retour en Kabylie. Après des années d’hésitation, le gouvernement semble décidé à reprendre les choses en main et rétablir l’ordre dans cette région qui connaît un grave déficit en sécurité. Le départ de la Gendarmerie nationale, faut-il le rappeler, a été revendiqué par la population de la région et en particulier par le mouvement des archs suite aux événements du Printemps noir qui ont causé en 2001 la mort du jeune Massinissa.

Afin d’apaiser la situation de tension en Kabylie, et après la persistance du mouvement des archs quant au départ définitif et immédiat de ce corps, le gouvernement a procédé en 2002 à la délocalisation de quelques brigades de gendarmerie. Or, cette revendication n’a pas été sans conséquences sur la dégradation du climat sécuritaire. La preuve que le constat établi au bout de ces quatre ans, est déplorable. La situation en Kabylie s’est nettement dégradée ces dernières années, laissant place à la prolifération de différents mouvements de banditisme et d’agression. En plus du phénomène du terrorisme, les vols et les agressions sont devenus légion.

L’absence de la police dans plusieurs communes rurales, ajoutée au retrait des brigades de la gendarmerie, ont fait exploser le phénomène des cambriolages qui a pris des proportions alarmantes. De fait, les citoyens ne se sentent plus en sécurité. Plusieurs enlèvements ont été enregistrés récemment. Face à cette situation, les citoyens de la région ont fini par réclamer le retour des éléments de la gendarmerie, et ce, dans le souci de rétablir l’ordre. Les partis politiques ont également appuyé cette proposition. D’ailleurs, l’ensemble des élus, toutes colorations politiques confondues, ont estimé nécessaire le retour de la gendarmerie pour lutter contre la délinquance et ramener la sécurité dans cette région.

Cependant, le mouvement citoyen refuse catégoriquement cette thèse. Pour les délégués des archs, il est clair que la question du départ du corps de la gendarmerie de la Kabylie « refait surface par intermittence à coups d’arguments fallacieux d’insécurité ; c’est une revendication légitime et consensuelle pour qu’elle soit objet de polémique ». Bien que le problème d’insécurité soit devenu palpable en Kabylie, les délégués de l’interwilayas restent convaincus que cette question relève d’« une opération de manipulation tous azimuts ».

Synthèse de Samir, algerie-dz.com
D’après l’Expression