ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Bouteflika promeut l’Algérie en Grande Bretagne

 
« Venez investir en Algérie ! », c’est en somme le message que veut faire passer le président Abdelaziz Bouteflika aux investisseurs britanniques, à l’occasion de sa visite en Grande Bretagne.
jeudi 13 juillet 2006.

Bouteflika promeut l'Algérie en Grande Bretagne. Le chef de l’Etat a rencontré, hier matin, le Lord Maire de la City de Londres, pour un rendez-vous avec les représentants des milieux financiers et d’affaires de la deuxième place financière mondiale. Dans une allocution prononcée devant les membres du groupe d’affaires britannique et de hauts responsables de compagnies britanniques de renommée mondiale, le président de la République a souligné que la dynamique des investissements étrangers en Algérie est appelée à se poursuivre, pour toute une série de raisons objectives.

Il a cité les principaux facteurs favorisant cette tendance qui sont, selon lui, un code des investissements algérien très favorable, la solvabilité financière de l’Algérie, le plan de charge qu’elle assure aux entreprises activant sur son territoire, la transparence et l’équité du code des marchés publics, le processus de privatisation mis en branle dans la quasi-totalité des secteurs, l’ouverture à la concession de plusieurs infrastructures et réseaux et enfin le réseau PME/PMI en pleine expansion.

Le chef de l’Etat a indiqué que l’Algérie engage de très grands moyens, estimés à quelque 100 milliards de dollars, pour la relance de son développement économique d’ici 2009, dans le cadre du plan de soutien à la relance économique. Et ce n’est pas pour se vanter que Bouteflika lancera à une assistance de businessmen et d’économistes le chiffre 46 milliards de dollars d’investissements, montant réalisé par l’Algérie entre 1999 et 2004, leur expliquant que cet effort a permis une croissance continue du PIB ayant atteint 7% en 2003, et de 6% en 2004 et 2005.

Dans une allocution prononcée devant les ambassadeurs africains accrédités à Londres, Bouteflika a rappelé la position de l’Algérie qui a valorisé le rapport établi par la Commission sur l’Afrique initiée et présidée par le Premier ministre Tony Blair. Soulignant que « le sommet du G8 de Gleneagles avait sous forte impulsion de la présidence britannique fait droit aux recommandations de cette commission », Bouteflika a salué les décisions prises lors de ce sommet, notamment celles relatives à l’annulation de la dette des pays les moins avancés, dont 14 pays africains, au financement de l’éradication totale de certaines épidémies.

Synthèse de Mourad, algerie-dz.com
D’après le Quotidien d’Oran