ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

L’Algérie manque de notaires et de huissiers

 
Le nombre de notaires et de huissiers de justice en Algérie est jugé insuffisant par Le ministre de la Justice, Tayeb Belaïz, qui s’engage à trouver une solution.
samedi 15 juillet 2006.

L'Algérie manque de notaires et de huissiers. « Actuellement, il y a un manque considérable en matière d’effectifs dans le corps des notaires et des huissiers de justice, dont le nombre total sur le territoire national ne dépasse pas le mille », pour chacun des deux corps, a déclaré M. Belaïz à la presse, lors d’une visite à la faculté de droit d’Alger, où des juristes candidats passaient le concours d’accès à la fonction de notaire et d’huissier de justice. Le ministre a assuré que cette « insuffisance inacceptable » sera « graduellement résorbée », citant la situation de la wilaya d’Adrar où exercent seulement deux huissiers.

Il a indiqué que « 1.000 nouveaux notaires et autant d’huissiers de justice seront retenus à l’issue de ce concours » qui se déroule jeudi au niveau de cinq facultés à Alger, pour les candidats notaires, et quatre à Boumerdès, pour les huissiers de justice. « Pour donner une chance d’emploi en Algérie aux jeunes diplômés en droit, d’autres concours concernant ces deux corps de métier d’auxiliaire de justice seront organisés à l’avenir », a encore indiqué le ministre. Au total, 11.220 candidats se sont inscrits pour le concours de notaires et 7.696 pour celui d’huissiers de justice, des chiffres « jamais vus depuis l’indépendance », selon le ministère de la Justice.

Le ministre a par ailleurs affirmé que « peu de pays » ont réussi à tisser des relations de coopération judiciaire avec le Royaume-Uni d’un niveau « aussi élevé » que celles engagées avec l’Algérie, après la signature mardi de quatre accords entre les deux pays. Ces accords, conclus à l’occasion de la visite à Londres du président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, ont été signés, côté algérien, par M. Belaïz, qui accompagnait le chef de l’Etat. Ils portent sur l’entraide judiciaire en matière pénale, commerciale et civile, la circulation des personnes et la réadmission, ainsi que l’extradition. M. Belaïz qui a qualifié ces accords de « très importants », a ajouté qu’ils permettront « l’amélioration, le renforcement et la consolidation des relations » entre l’Algérie et le Royaume-Uni.

Synthèse de Samir, algerie-dz.com
D’après le Quotidien d’Oran