ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Igor Ivanov en Algérie

 
La visite en Algérie d’Igor Ivanov, le secrétaire du conseil de sécurité de la fédération de Russie, se veut un signe de la volonté de Vladimir Poutine de renforcer les relations entre Moscou et Alger, notamment par une coopération militaire et économique accrue.
vendredi 21 juillet 2006.

Igor Ivanov en visite en Algérie. On se souvient qu’une polémique avait défrayé la chronique à Alger, avec pour toile de fond le fait que l’Algérie n’ait pas été invitée au sommet du G8, contrairement aux éditions précédentes, où M.Bouteflika, avec ses homologues du Nigéria et d’Afrique du Sud, représentait le continent africain dans le cadre de ce qu’il est convenu d’appeler le Nepad.

Reçu à l’aéroport Houari Boumediene par le ministre des Affaires étrangères Mohamed Bedjaoui, l’émissaire du président russe a déclaré à sa descente d’avion : « Le président Vladimir Poutine m’a chargé d’informer le président Abdelaziz Bouteflika des résultats du sommet du G8, qui s’est tenu à Saint Pétersbourg ». M.Igor Ivanov a également mis en exergue les relations de partenariat stratégique entre l’Algérie et Russie en insistant notamment sur la tenue de rencontres et de réunions en vue de passer en revue la mise en oeuvre des accords conclus au cours de la visite du président Poutine à Alger, sans oublier les relations internationales, avec en tête la situation au Proche-Orient.

Au chapitre bilatéral, Igor avanov aura à passer en revue avec ses homologues algériens les conséquences et le rythme de la mise en oeuvre des contrats et accords signés à Alger lors de la visite d’une journée de Vladimir Poutine. Le principal accord, qui porte sur les volets commerciaux, économiques et financiers a notamment concerné l’annulation de la dette de l’Algérie vis-à-vis de la Russie, estimée à 4,737 milliards de dollars, contractée du temps de l’Union soviétique, lorsque l’Urss était notre principal fournisseur en armement. En contrepartie de cet effacement, l’Algérie s’était engagée à acheter de l’armement militaire pour un montant presque équivalent, à savoir 4,5 milliards de dollars.

Synthèse de Kahina, algerie-dz.com
D’après l’Expression