ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

L’Algérie dénonce l’agression israélienne

 
La classe politique en Algérie dénonce l’agression israélienne contre le Liban et annonce un rassemblement sur l’esplanade de l’UGTA à Alger pour réitérer le soutien du peuple algérien au peuple libanais.
mercredi 26 juillet 2006.

L'Algérie dénonce l'agression israélienne. L’alliance présidentielle et le Parti des travailleurs (PT) ont convenu de ce rassemblement pour dénoncer le massacre perpétré par l’Etat hébreu contre le peuple libanais sous le regard passif, voire inerte, des Nations unies. « Le rassemblement qui aura lieu au niveau de l’esplanade de l’UGTA, est organisé par les partis de l’alliance présidentielle et le PT », a déclaré mardi à l’APS, le chef du groupe parlementaire du PT, M.Djoudi, ajoutant que « l’organisation de cette manifestation a été autorisée par le chef du gouvernement, M. Abdelaziz Belkhadem ».

De son côté, le représentant du MSP, M. Abderrezak Mokri, a estimé que ce « rassemblement sera une autre occasion pour les partis et les Algériens de réitérer leur soutien au peuple libanais » et de « dénoncer l’agression sauvage des Israéliens contre le Liban sous le regard des Nations unies », appelant le peuple algérien à participer au rassemblement « dénonciateur ». Pour sa part, M. Salah Goudjil, membre du secrétariat exécutif du FLN, a fait savoir que le parti sera représenté « en force » le jour du rassemblement, afin d’appeler également à un cessez-le-feu immédiat au Liban, indiquant que « plusieurs réunions ont eu lieu avec les différents représentants des formations politiques pour décider des modalités de l’organisation dudit sit-in ».

Le secrétariat national de l’UGTA a décidé de prendre part à cette manifestation, appelant, à l’occasion, « les travailleurs à un regroupement au siège de l’Union, mercredi à 17h00". Ce rassemblement, qui a eu l’accord du chef du gouvernement, intervient après l’empêchement, jeudi dernier en Algérie, par les forces de sécurité d’une marche de soutien aux peuples libanais et palestinien, à l’appel du mouvement d’Aboudjerra Soltani. La marche qui devait démarrer de la place 1er Novembre pour rejoindre le siège de l’ONU à Alger n’a pas eu lieu finalement après l’intervention de la police qui a dispersé les manifestants.

Synthèse de Mourad, algerie-dz.com
D’après le Quotidien d’Oran