ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Algérie : 7000 naissances illégitimes par an

 
Il y aurait 7000 naissances illégitimes par an en Algérie, selon les spécialistes réunis à Alger à l’occasion de la journée d’étude sur les droits humains de la femme en matière d’accès aux soins.
mercredi 26 juillet 2006.

Algérie : 7000 naissances illégitimes par an. Considéré comme un sujet tabou, le phénomène de la mère célibataire progresse lentement « dans l’ombre » en marge de notre société, ont affirmé les participants. Toutefois ils ont qualifié ces chiffres « d’insignifiants » par rapport au nombre annuel des naissances. « Beaucoup d’actions très intéressantes sont entreprises en Algérie dans le domaine de la santé. Mais, malheureusement, il existe très peu de documents pour que cela soit considéré comme des expériences », a déploré le Pr Dekkar Nourredine, représentant de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) à Alger, rapporte l’APS. Il a également regretté l’inexistence de statistiques fiables sur l’ampleur du phénomène.

Il a été également constaté que plus de la moitié des mères célibataires (52%) sont âgées de moins de 25 ans contre 17% pour les femmes mariées. 16,3% des mères célibataires sont des mineures (entre 16 et 19 ans). L’étude a aussi dévoilé que l’absence d’instruction des filles est l’un des facteurs responsables de la hausse des naissances illégitimes, puisque 40% des mères célibataires sont sans instruction ou ont un niveau primaire. L’étude révèle, par ailleurs, que le phénomène de la mère célibataire n’est pas « une simple histoire d’accident ». D’ailleurs, un tiers des mères célibataires (26,1%) ont plus d’un enfant contre 66,0% qui sont à leur premier enfant.

Concernant le suivi de la grossesse, il est également montré que toutes les femmes semblent bénéficier du même type de prise en charge. 42% des mères célibataires ont fait entre 0 à 2 visites médicales, dans les structures sanitaires, contre 15% des femmes mariées. Abordant les risques sur la grossesse, il a été démontré que l’aboutissement à un mort-né est 2 fois plus élevé chez les mères célibataires (5,3%) que chez les femmes mariées (2,5%). On précise, d’un autre côté, que 30% des mères célibataires n’ont pas allaité leur bébé contre 7% chez les femmes mariées. « Les grossesses non désirées constituent un danger certain pour la santé de la femme et la société », a souligné le professeur Zahra Sadi, chef de service de la planification maternelle au CHU Mustapha-Pacha. Pour d’autres intervenants, l’absence de prévention et d’éducation sexuelle de l’adolescente et de l’adolescent risque d’amplifier davantage ce phénomène.

Synthèse de Billal, algerie-dz.com
D’après le Quotidien d’Oran