ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

L’Algérie compterait 26,5% d’analphabètes

 
L’analphabétisme en Algérie toucherait 26,5% de la population algérienne, selon les chiffres officiels de l’ONAEA qui rappelle que le taux d’analphabètes était de 31% en 1998.
samedi 29 juillet 2006.

L'Algérie compterait 26,50% d'analphabètes. Selon les constats faits au centre de presse d’El Moudjahid, par M.Bekouche, directeur de l’Office national de l’alphabétisation et de l’enseignement des adultes (Onaea) : l’Algérie a certes, fait des avancées mais le chemin est encore très long. Les grands exploits réalisés dans le secteur éducatif par une école qui a prôné le principe d’un enseignement obligatoire et gratuit ont fait de l’Algérie un exemple à suivre.

Il suffit de voir le taux de scolarisation de 97% des enfants âgés de 6 ans pour se rendre compte de l’envergure de l’avancée. Le nombre de personnes ne sachant ni lire ni écrire, estimé à 85% du nombre total de la population en 1962 a baissé jusqu’à 26,5% en 2002. Néanmoins le vrai taux d’analphabètes est resté presque stationnaire. Les statistiques de 1998 donnant le chiffre de 31% d’analphabètes en Algérie pour une population estimée à 29,5 millions et les statistiques de 2002 donnent un taux de 26,50% pour une population qui a augmenté jusqu’à 31,84 millions, illustrent, on ne peut mieux cette réalité regrettable.

Les illettrés adultes n’ont pas été pris en compte dans la démarche d’alphabétisation, malgré la création de l’Office national d’alphabétisation et d’enseignement pour adultes, depuis 1964. M.Bekouche a indiqué que depuis l’indépendance, les objectifs tracés par les responsables ont été en totale rupture avec les réalités du terrain et les moyens mobilisés pour les réaliser. Il s’est plaint du manque de moyens financiers et d’infrastructures en Algérie en affirmant à cet effet que la prise en charge de 900.000 analphabètes nécessite la mobilisation d’une enveloppe financière de l’ordre de 250 milliards de centimes.

Synthèse de Rayane, algerie-dz.com
D’après l’Expression