ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

L’Algérie dénonce le crime d’Israël

 
L’Algérie par la voix de son ministre des affaires étrangères, Mohamed Bedjaoui, a dénoncé le bombardement israélien du village de Cana au Liban-Sud, et a appelé à un cessez-le-feu immédiat et inconditionnel.
lundi 31 juillet 2006.

L'Algérie dénonce le crime d'Israël. Réagissant au massacre perpétré par l’armée israélienne contre les populations civiles libanaises, dont le pic a été atteint avec le carnage de Cana, le ministère algérien des Affaires étrangères a indiqué, dans un communiqué, que “l’Algérie condamne fermement cet acte criminel que rien ne saurait justifier” et “s’incline avec respect devant la mémoire des victimes du carnage de Cana et des autres victimes de l’agressivité israélienne”.

“Le massacre de dizaines de civils libanais dans la localité doublement martyre de Cana est le témoignage accusateur de la faillite morale et politique de ceux qui font une guerre injuste au peuple libanais depuis plus de deux semaines”, a estimé le ministère de Mohamed Bedjaoui. Il a considéré que “ce massacre, qui porte à son paroxysme l’horreur des déferlements massifs de violence contre des populations civiles innocentes, est à tous les égards condamnable. Il doit l’être de la manière la plus vigoureuse par la communauté internationale dans son ensemble”. Contrairement à beaucoup de pays arabes qui évitent, pour une raison ou une autre, d’aborder le sujet de la résistance du Hezbollah libanais, l’Algérie n’a pas manqué de saluer “la vaillante résistance des avant-gardes du peuple libanais et l’endurance admirable de tous les citoyens du Liban dans cette terrible épreuve”, note le communiqué du MAE.

Il y a 15 jours déjà, au début des bombardements israéliens sur les villes et villages libanais, le ministre des Affaires étrangères, M. Mohamed Bedjaoui, avait appelé au nom de l’Algérie, à une mobilisation arabe en vue de mettre un terme à cette agression contre la Palestine et le Liban afin “d’éviter à la région des risques aux conséquences catastrophiques pour tous”. Dans une allocution prononcée à la réunion d’urgence des ministres arabes des Affaires étrangères tenue au Caire, M. Bedjaoui avait appelé à une mobilisation générale, “à commencer par les Nations unies notamment le Conseil de sécurité, le Quartet et les organisations régionales en vue d’adopter des décisions fermes à même de mettre un terme à l’agression israélienne et d’éviter à la région des risques aux conséquences catastrophiques pour tous”.

Synthèse de Ahlem, algerie-dz.com
D’après Liberté