ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

L’informatisation des écoles en Algérie : quel bilan ?

 
L’informatisation des écoles en Algérie ne semble pas avoir atteint le but affiché par les autorités en raison de la sous-utilisation et le manque de maintenance du matériel informatique dans les établissements scolaires algériens.
mardi 1er août 2006.

L'informatisation des écoles en Algérie : quel bilan ? Une année seulement après le lancement de l’opération visant à doter les établissements scolaires du moyen et du secondaire de laboratoires informatiques, le problème de l’entretien de ces équipements se pose avec acuité. A l’origine de cet état de fait, la non-désignation, jusqu’à ce jour, d’un encadrement spécialisé pour assurer une réelle optimisation des équipements. Dans une correspondance adressée aux directeurs de l’Education nationale, le Centre d’approvisionnement et de maintenance des équipements et moyens didactiques (CAMEMD), un organe relevant du ministère de l’Education nationale, a signalé que les équipements livrés aux établissements scolaires en Algérie et qui sont sous garantie, sont « très mal utilisés » en raison de l’inexistence de techniciens spécialisés.

Aussi, les élèves tirent rarement profit de ces laboratoires d’informatique. Le CAMEMD regrette, dans sa correspondance, que la journée de formation organisée au profit des responsables de ces laboratoires n’ait pas permis une utilisation optimale et efficace des équipements. Peut-on former en une seule journée une personne pour utiliser efficacement un laboratoire informatique ? La correspondance rappelle aux directeurs des établissements scolaires en Algérie que les équipements informatiques, « acquis au prix fort, nécessitent une attention particulière pour leur maintien en bon état ». Le CAMEMD met en garde contre le non-respect des consignes et instructions d’utilisation qui peuvent être à l’origine d’une détérioration accélérée du matériel, toujours sous garantie.

Aussi, les Centre recommande aux responsables des établissements scolaires en Algérie d’éviter d’ouvrir les boîtiers ou de s’adresser à un réparateur privé en cas de panne, puisque le matériel est toujours sous garantie. Il avertit que le non-respect de ces instructions entraînera une suspension par le fournisseur de la garantie contractuelle. Il souligne, d’un autre côté, que les équipements cassés délibérément ou endommagés, suite à de mauvaises manipulations, ne seront pas pris en charge par la garantie. Le CAMEMD précise, par ailleurs, qu’il a lancé une enquête sur la fiabilité des équipements mais il attend toujours l’envoi de réponses par les responsables des établissements scolaires pour dresser un bilan.

Synthèse de Rayane, algerie-dz.com
D’après le Quotidien d’Oran