ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Le coût du transport en Algérie

 
En Algérie, une famille débourse 3000 dinars par mois en frais de transports urbains, selon une étude du Centre national d’études et d’analyses pour la population et le développement, qui précise que le bus est le moyen de transport le plus utilisé par les algériens.
samedi 5 août 2006.

Le coût du transport en Algérie. En effet, par rapport aux tarifs des taxis et des trains, celui des bus est relativement bas. Mais il n’y a pas que le facteur financier qui porte le choix des usagers vers les bus, il y a aussi le facteur de « disponibilité » de ce moyen de transport en comparaison avec les taxis et les trains. Il est en effet connu qu’en Algérie, les bus dominent les transports en commun en milieu urbain, dans le sens où ce moyen de transport assure le plus grand pourcentage des déplacements des personnes en ville et en banlieue.

La capacité en terme de nombre de places fait pencher davantage la balance en faveur du bus aux dépens du taxi, alors que le train est quasiment absent dans le transport urbain en Algérie, en attendant les projets de la SNTF visant les grandes banlieues, à Alger et à Oran notamment, et l’entrée en service du tramway. Incontestablement, ce sont aujourd’hui les bus privés qui se taillent la part du lion du transport urbain à la faveur d’une privatisation effrénée de ce secteur, même si des entreprises publiques commencent à réinvestir le terrain depuis quelque temps, convoitant les grandes villes dont la rentabilité sûre vaut l’investissement.

Par ailleurs, le responsable du CNEAPD a indiqué que les bus privés « jouent un rôle important en matière de transport ». « Cependant, a-t-il dit, ils ont besoin d’organisation ». M. Houcine a précisé, dans ce sens, que l’étude qui a été entamée depuis 4 ans et qui a touché, progressivement, 6 wilayas du pays, constituera une référence pour « l’élaboration d’une stratégie dans le domaine du transport ».

Synthèse de Kahina
D’après le Quotidien d’Oran