ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

La pauvreté en Algérie aurait réculé

 
Le taux de pauvreté en Algérie aurait réculé et ne toucherait que moins de 6% de la population algérienne, selon une étude réalisée par le Centre national d’études et d’analyses pour la population et le développement (CNEAPD).
samedi 5 août 2006.

La pauvreté en Algérie aurait réculé. Réalisée à la demande du ministère de l’Emploi et de la Solidarité nationale, cette étude révèle que le taux de pauvreté en Algérie a reculé à moins de 6%, après avoir atteint 22% en 1995. « Les revenus et le niveau de vie du citoyen se sont améliorés », a indiqué le responsable, qui a ajouté que l’étude a montré que « les dépenses quotidiennes dépassent aujourd’hui les deux dollars ».

Ce recul de la pauvreté en Algérie est dû, selon l’étude, à de multiples raisons, dont « la diversification des activités et des projets économiques qui a ouvert de larges perspectives à l’emploi », a précisé le directeur du CNEAPD. L’étude a par ailleurs montré que « la famille algérienne compte en moyenne entre 6,5 et 7 membres », a-t-il encore précisé. Cette étude a été réalisée lors de la période 2004-2006 sur 5.000 familles algériennes réparties sur 43 wilayas. Près de 70% des familles algériennes sont « nucléaires », c’est-à-dire composées des parents et des enfants, d’après l’étude. « La société algérienne tend à s’orienter vers la caractéristique de la famille nucléaire », a affirmé M. Houcine, précisant que cette nouvelle tendance est liée au niveau d’instruction, au revenu familial et au logement.

L’étude révèle que les régions rurales d’Algérie demeurent caractérisées par la famille étendue (grande famille). Le directeur des études au CNEAPD a, à ce propos, précisé que la famille algérienne dans les régions rurales entretient toujours « les traditions de la cellule familiale » avec des familles comprenant « le grand-père, la grand-mère, les parents et les enfants ».

Synthèse de Kahina, algerie-dz.com
D’après le Quotidien d’Oran