ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Des factures Algérie Telecom très salées

 
Les problèmes de surfacturation téléphoniques d’Algérie Telecom n’en finissent pas de susciter des mécontentements auprès de la clientèle de l’opérateur historique de télécommunications.
dimanche 6 août 2006.

Des factures Algérie Telecom très salées. Mais en dépit de cette protesta permanente, confie Khoualed Khalfa, le directeur d’unité opérationnelle de wilaya, « ces problèmes sont réglés au cas par cas. Nous arrivons toujours à trouver un terrain d’entente sans léser ni l’administration ni le client. Mais encore faudrait-il que ce dernier se manifeste à temps pour une réclamation ». Cela ne veut pas dire, poursuit notre interlocuteur, que les erreurs n’existent pas. Ni l’homme ni la machine ne sont infaillibles, avons-nous cru comprendre à travers les explications de ce responsable.

Entre autres factures Algérie Telecom que nous qualifierons de « salées », notons celle dont fut destinataire un citoyen de Sidi M’cid, petite localité des faubourgs immédiats de Constantine. C’est une véritable énigme que celle de cet abonné au WLL qui reçoit une facture de 31 millions de centimes. Cet abonné tombe des nues et crie son « innocence ». Habitant un quartier modeste, ce citoyen sans ressources s’étonne du relevé extraordinaire qui lui fut adressé. La majeure partie des communications qu’il aurait faites sont pour la plupart adressées à Madagascar ou à la République du Congo ! Nous nous sommes prêtés à comptabiliser les envois adressés en une seule nuit vers la République du Congo : pas moins de 22 appels en l’espace de deux heures de temps ! « Cela, se désole cet abonné, relève du délire et dispense de tout commentaire ».

A propos de réclamations infondées, M. Khoualed est formel. Il compare les compteurs de téléphone d’Algérie Telecom à ceux d’un véhicule automobile. Si le véhicule est à l’arrêt, souligne notre interlocuteur, comment voulez-vous que le compteur tourne et inscrive les kilomètres ? Pour en revenir à l’abonné de Sidi M’cid, le directeur d’ACTEL indique qu’« il n’a même pas honoré les trois premières factures que nous lui avons adressées et qui sont de l’ordre de deux mille dinars chacune. Comment, dans ce cheminement illogique, expliquer que cet abonné ait mis plus de huit mois pour se manifester et qu’il vient tout juste de nous adresser une lettre de réclamation ? ».

Synthèse de Mourad, algerie-dz.com
D’après le Quotidien d’Oran