ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Algérie : spéculations autour du "31 août"

 
A l’approche du 31 août, date limite accordée en Algérie aux terroristes pour déposer les armes, les spécualations vont bon train sur la prolongation ou non du délai accordé pour les terroristes pour se rendre aux autorités algériennes.
dimanche 13 août 2006.

Algérie : spéculations autour du "31 août". Car, si le gros des groupes armés a épousé la thèse de cette charte, les quelques éléments restants, dont la majorité appartient au GSPC, refusent de descendre des maquis. C’est justement à cause de ces derniers que l’on spécule sur cette date. Faudrait-il ou non, en signe de bonne volonté, prolonger cette date ou bien tout simplement leur fermer les portes du repentir ? A ce propos, l’alliance présidentielle, par la voix de son président, Boudjerra Soltani, s’est dit se conformer à la date proposée par la charte en question tout en laissant le soin au président de la République de prendre les mesures nécessaires même au delà de la date en question afin de régler tous les dossiers en suspens. Cette sortie médiatique n’a pas été du goût des dirigeants FLN qui affirment n’avoir pas été consultés ni être au courant de la teneur du communiqué alors que le RND prétend tout à fait le contraire.

Cette divergence au sein de l’alliance présidentielle en Algérie, prouve si besoin est que la question n’a pas été encore tranchée dans les hautes sphères du pouvoir et que le FLN adopte pour l’instant la stratégie du wait and see. Le MSP et le RND, il faut le rappeler, se sont prononcés séparément contre le prolongement de la date fixée par la charte tandis que leur troisième allié, le FLN en l’occurrence, n’a pas, jusqu’à présent, soufflé mot sur la question sauf que son secrétaire général, M. Belkhadem, dans un récent entretien à un quotidien national, a laissé toute la latitude au président Bouteflika de prendre la décision idoine qui aboutit à une véritable réconciliation nationale. Le parti le plus représentatif à l’APN se démarque ainsi de ses deux alliés.

Le PT, de son côté, et fidèle à sa ligne de conduite, ne voit pas d’un mauvais oeil la prorogation de ce délai comme ce fut le cas pour la loi portant réconciliation nationale. Il est de même pour Younsi Mohamed, le chef de file des opposants de Abdellah Djaballah qui s’est montré favorable à ladite prorogation dans le souci de pousser le reste des terroristes à déposer leurs armes et permettre ainsi à l’Algérie de recouvrer la paix même si depuis que Bouteflika a pris cette question en main, cette paix est revenue crescendo et le pays commence à reprendre sa place dans le concert des nations.

Si le RCD, le FFS et l’ANR ne se sont pas encore prononcés sur la question, les familles victimes du terrorisme, par l’intermédiaire de Kouadri, affirment que « la plaie est encore ouverte » éludant de faire allusion à un prolongement de la date butoir. Sur le terrain, un véritable déploiement des forces de sécurité s’est opéré en Kabylie laissant entrevoir une imminente offensive qui donnerait le coup de grâce aux terroristes acculés dans les montagnes. Justement, en réponse à ce déploiement, et dans le but de desserrer l’étau, le GSPC multiplie, ces derniers temps, les attentats en Algérie, certes moins meurtrières que celles du milieu des années 90, mais qui ont, il faut le dire, leur impact sur la population civile.

Synthèse de Ahlem, algerie-dz.com
D’après le Quotidien d’Oran