ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Les partis irakiens entravent le plan de Lakhdar Brahimi

 
Les représentants des partis politiques irakiens au sein du Conseil du gouvernement transitoire ont clairement affiché leur désaccord avec la manière de procéder de Lakhdar Brahimi.
mardi 11 mai 2004.

Leurs motivations sont d’ordre personnel et politicien. En effet, se voyant exclus de facto du prochain cabinet, qui ne devrait comprendre que des technocrates compétents, à bien suivre le raisonnement de Lakhdar Brahimi, ils ont d’abord commencé par critiquer le représentant spécial du secrétaire général de l’ONU, avant de se plaindre directement à l’administration Bush. Des personnalités chiites et kurdes ont demandé aux États-Unis d’intervenir auprès de Brahimi pour qu’il modifie sa façon d’opérer qui réduira, voire anéantira inexorablement, leur influence une fois le Conseil du gouvernement actuel dissous.

En somme, Washington cherche à imposer certaines personnalités politiques, surtout chiites et kurdes, qui se sont rangées de son côté avant le lancement de l’invasion de l’Irak, à l’instar d’Ahmed Chalabi, des représentants du grand ayatollah Ali Sistani, des chefs des partis kurdes et le sunnite Adnane Pachachi. Ces derniers refusent que les Nations unies s’impliquent directement dans la constitution du futur gouvernement intérimaire. Ils se sont également opposés à la présence de technocrates seulement au sein de cette structure, dont le rôle est loin d’être négligeable au cours de la période transitoire. Leur souhait, non avoué, est de se voir confier l’opération de sélection des membres appelés à siéger dans le prochain cabinet, afin de pouvoir placer leurs hommes.

Pour rappel, cette instance gérera l’Irak du 30 juin prochain jusqu’aux élections générales qui auront lieu, soit au début, soit à la fin de l’année 2005, en fonction du degré d’avancement de la préparation du scrutin. La réaction de l’ex-ministre algérien des Affaires étrangères n’a pas tardé. Il a pris le soin dès samedi de rassurer les membres du Conseil du gouvernement transitoire quant au rôle qui leur est dévolu dans l’accomplissement de sa tâche en Irak. Au cours de cette rencontre, Lakhdar Brahimi a cherché à faire comprendre à ses interlocuteurs que sa mission consistait à aider les Irakiens à décider de leur avenir et non de prendre des décisions à leur place. “Je suis ici pour recueillir des opinions puis je vous donnerai des conseils”, a affirmé Brahimi aux membres du gouvernement transitoire. Il a surtout insisté sur le fait que les membres du prochain gouvernement intérimaire soient “compétents et honnêtes”.

Plusieurs réunions sont prévues entre le représentant spécial du secrétaire général de l’ONU et le conseil de la coalition pour aplanir toutes les divergences et parvenir à un arrangement dans l’intérêt du peuple irakien. Lakhdar Brahimi est déterminé à accomplir sa mission consistant à superviser la sélection des personnalités appelées à siéger dans le gouvernement intérimaire.

Par Abdelkamel K., Liberté