ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Londres va extrader un algérien vers l’Algérie

 
Un algérien emprisonné en Grande-Bretagne pourrait être extrader vers l’Algérie après la décision de la justice britannique qui a rejeté son appel et a estimé que les garanties du gouvernement algérien en matière de refus de la torture étaient suffisantes.
samedi 26 août 2006.

Londres va extrader un algérien vers l'Algérie. La Justice Britannique n’a pas révélé l’identité de l’Algérien concerné et n’a donné que l’initial de son nom de famille, il a encore jusqu’au 29 Septembre pour faire recours. Des sources indiquent que l’Algérien qui va être extradé a été condamné par la Justice Algérienne à une peine de mort en plus de deux autres jugements qui stipule une condamnation à perpétuité pour avoir participé à des actes terroristes.

Le ministre de la Justice Garde des Sceaux, Tayeb Belaiz, avait révélé dans des déclarations faites après la visite d’Etat du Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, à Londres le 12 Juillet dernier, que les autorités Algériennes avaient recensé un nombre d’Algériens demandés par la Justice Algérienne et au sujet des quels elle a présenté une demande à la Grande Bretagne pour leur extradition. Belaiz, qui était dans la délégation qui a accompagnée le Président de la république lors de sa visite, a indiqué que l’Algérie avait adressé une demande officielle pour extrader des Algériens demandés par la Justice Algérienne qui se trouvent sur les territoires Britanniques. Les déclarations du ministre de la Justice révèlent que l’Algérie n’a pas présenté une liste exclusive mais plutôt une liste concernant tous les Algériens se trouvant en Grande Bretagne et qui sont poursuivis par la Justice Algérienne.

La cour a indiqué dans son jugement que le prévenu qui n’est connu que sous l’appellation « Y » représente un danger pour la sécurité de la nation et que l’amélioration du registre des droits de l’homme en Algérie permettait de l’extrader. Ceci répond à la volonté du ministère de l’Intérieur Britannique qui a présenté les dossiers d’extradition afin de « se débarrasser de ces derniers pour le bien de la sécurité interne de la Grande Bretagne ». Des sources judiciaires, qui suivent le dossier indique que l’Algérien concerné serait un membre d’un groupe composé de 17 Algériens, dont certains sont demandés par la Justice en Algérie, et d’autres sont uniquement suspectés par la Grande Bretagne.

Synthèse de Mourad, algerie-dz.com
D’après El Khabar