ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

La réforme du secondaire en Algérie : a revoir ?

 
L’entre en vigueur en Algérie de nouveaux programmes durant la 2ème année secondaire semble avoir été faite dans la précipitation au point où le ministre de l’Education en vient à autoriser une deuxième « session » pour les recalés de la 2ème année secondaire.
mercredi 30 août 2006.

La réforme du secondaire en Algérie : a revoir ? C’est ce qui ressort d’ailleurs des propos de M. Boubekeur Benbouzid qui s’exprimait lors de la clôture de la conférence nationale des directeurs de l’éducation. En effet, le ministre a annoncé que 14.384 élèves de 2ème année secondaire, à l’échelle nationale, non admis en classe terminale lors de la dernière année scolaire et dont la moyenne générale varie entre 9 et 9,99/20 bénéficieront d’examens de rattrapage. Ces examens de rattrapage, selon le haut responsable, se dérouleront 15 jours après la prochaine rentrée scolaire, prévue le 9 septembre pour les wilayas du Nord de l’Algérie et le 16 du même mois pour celles du Sud.

Ainsi donc, les élèves concernés par le rattrapage auront cette période de deux semaines pour se préparer à saisir la chance qui leur est offerte de passer leur bac dès la prochaine session. C’est ce que souligne M. Benbouzid pour anticiper ensuite sur d’éventuelles interrogations qui viendraient à relativiser cette largesse du ministère de l’éducation au motif qu’elle réduit cette opportunité à sa portion congrue sur le chapitre de la durée de préparation. Le ministre devait déclarer à ce propos que « ces examens porteront sur les matières essentielles où l’élève a une note inférieure à 10/20 durant l’année scolaire ». Ce qui revient à dire que les moins gâtés des potaches par le bulletin scolaire « bûcheront » sur deux ou trois matières.

Un cadre du département de Benbouzid, abondera en ce sens pour expliquer que les élèves concernés, qui accusent des insuffisances dans certaines matières, seront chapeautés par le comité pédagogique de leur établissement pour suivre des cours de soutien. Ils seront encadrés, nous dira ce même responsable, par leurs enseignants pour préparer pendant 15 jours leur examen de rattrapage de sorte à combler leurs lacunes dans tel ou tel cours. Et de souligner que le nombre dont la moyenne est comprise entre 9 et 9,99 permet à l’enseignant d’une matière donnée d’assister efficacement chaque élève. Cet examen, bien entendu, se déroulera au sein du lycée même où est inscrit l’élève. Et il n’est pas exclu que les parents se mettent de la partie puisque déjà l’option des cours particuliers est retenue par un bon nombre d’entre eux.

Synthèse de Samir, algerie-dz.com
D’après le Quotidien d’Oran