ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Algérie-Tunisie : convergence des points de vue

 
L’Algérie et la Tunisie ambitionnent de renforcer leur relations bilatérales et se disent engagées en faveur de la construction de l’Union du Maghreb arabe (UMA), à l’occasion de la rencontre à Tunis entre Mohamed Bedjaoui et Zine Abidine Ben Ali.
samedi 2 septembre 2006.

Algérie-Tunisie : convergence des points de vue. Le chef de la diplomatie algérienne a exprimé pour sa part sa satisfaction à l’issue des audiences qu’il a eues tant avec le président Ben Ali qu’avec l’ensemble des hauts responsables tunisiens, à l’image du Premier ministre tunisien, Mohamed Ghannouchi, du ministre des Affaires étrangères tunisien, Abdelwahab Abdallah, et du président de la Chambre des députés de Tunisie, Fouad Mebazaâ. “J’ai écouté avec beaucoup d’intérêt les opinions du chef de l’État tunisien, Zine Abidine Ben Ali, concernant les relations bilatérales et les questions ayant une importance majeure pour nos pays”, a indiqué Bedjaoui.

Le ministre algérien a ajouté : “Je rentre en Algérie plein d’optimisme quant aux perspectives des relations entre les deux pays.” Il notera, dans le même ordre d’idées que “les relations entre la Tunisie et l’Algérie sont excellentes”, affirmant “la satisfaction de l’Algérie pour l’évolution et la consolidation qu’elles enregistrent et pour l’action commune entreprise en vue de les promouvoir et les perspectives de leur développement, d’autant plus que la volonté politique existe de part et d’autre”. Sur les questions régionales, Mohamed Bedjaoui s’est également félicité à Tunis, à l’issue de son audience avec le président tunisien, de la “convergence des vues entre les deux pays voisins sur les questions régionale et internationale d’intérêt commun”.

Le ministre d’État a fait observer, dans ce contexte, que l’audience a été l’occasion d’évoquer les problèmes auxquels fait face le monde arabe, et qu’elle a “offert l’opportunité de s’informer davantage sur la politique clairvoyante adoptée par la Tunisie”. Aussi, et dans une déclaration commune à l’issue d’une rencontre que Mohamed Bedjaoui a eu avec son homologue tunisien Abdelwahab Abdallah, les deux ministres ont expliqué “la volonté des directions des deux pays à développer davantage les liens d’amitié et de fraternité”.

Idem s’agissant de la question de l’UMA. Le ministre des Affaires étrangères algérien a expliqué à Tunis à la presse la volonté des deux pays de relancer l’union. L’impératif de donner un nouveau souffle à l’UMA a été discuté tant avec le président Ben Ali qu’avec le président de la Chambre des députés de Tunisie, Foued Mebazaâ avec qui il s’est entretenu, mercredi dernier, au premier jour de sa visite en Tunisie. L’entretien avait notamment porté sur la volonté commune de relancer l’UMA (comprenant aussi la Libye, le Maroc et la Mauritanie), fondée en 1989 et dont la construction tarde à voir le jour en raison essentiellement du problème du Sahara occidental.

Synthèse de Ahlem, algerie-dz.com
D’après Liberté