ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Algérie-Maroc : la frontière passoire

 
La frontière entre l’Algérie et le Maroc est en passe devenir une passoire tant l’insuffisance des moyens de surveillance permet tout type de trafics dont celui des carburants encouragés en cela par la hausse de leurs prix au royaume voisin.
mardi 12 septembre 2006.

Algérie-Maroc : la frontière-passoire. Pour le premier semestre 2006, les douanes ont saisi plus de 220.000 litres de carburants, dont plus de 193.000 litres de gasoil et près de 27.000 litres d’essence. La valeur de cette marchandise est estimée à quelque 4,1 millions de dinars, au niveau de toutes les frontières du pays. Il faut dire que la hausse des prix des produits pétroliers, décrétée récemment par le gouvernement marocain, creuse davantage l’écart entre les prix avec ceux pratiqués en Algérie et donne un coup de fouet à une contrebande qui prospère aux frontières.

Cette saignée, rémunératrice pour les barons, (binationaux, dirions-nous), puise sa sève nourricière dans un produit subventionné par l’Etat, secteur juteux pour la mafia des barons qui agit en bivalence des deux côtés de la frontière. Il vient remplacer les innombrables produits que l’Etat subventionnait, comme le lait en poudre, ou d’autres encore, peu coûteux de ce côté-ci de la frontière, comme les cosmétiques, les médicaments, le cheptel. Pour mieux sécuriser la frontière entre l’Algérie et le Maroc, longue de plusieurs dizaines de kilomètres, et lutter plus efficacement contre la contrebande, le gouvernement prévoit de réaliser 25 postes de contrôle douaniers tout au long de la bande frontalière pour la seule wilaya de Tlemcen.

L’annonce a été faite en début septembre par le directeur général des Douanes, M.Abdelkader Bouderbala, en visite de travail et d’inspection dans cette wilaya. Le patron des Douanes algériennes, qui s’est déplacé à Aïn Témouchent et à Tlemcen 24 heures après l’entrée en vigueur de la décision de l’augmentation des prix du carburant au Maroc, a déclaré que la douane a décidé d’intensifier le contrôle sur le trafic du carburant en mettant en place des mécanismes modernes pour faire face aux techniques de plus en plus « sophistiquées » utilisées par les réseaux de trafiquants. Les 25 postes de contrôle, dont la réalisation et la réception sont prévues pour 2007, seront dotés de moyens technologiques modernes de communication et de transmission de renseignements rapides. Véritable passoire, la frontière ouest bat tous les records en matière de saisies en carburants mais aussi surtout en kif, psychotropes, et produits alimentaires.

Synthèse de Billal, algerie-dz.com
D’après l’Expression