ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

En Algérie, le pouvoir d’achat reste précaire

 
Malgré la bonne santé financière de l’Algérie, et les relatives bonnes performances de l’économie, le pouvoir d’achat des algériens demeure globalement précaire.
mercredi 13 septembre 2006.

En Algérie, le pouvoir d'achat reste précaire. A chaque rentrée sociale, les citoyens ont la peur au ventre en raison des dépenses obligatoires et contraignantes qui les attendent, d’autant plus que cette année le mois de ramadhan intervient deux semaines après la rentrée scolaire et les vacances d’été qui n’ont pas manqué de saigner les bourses de toutes les familles y compris celles qui n’ont pas programmé leurs vacances faute de moyens. Généralement, la période estivale exige des dépenses plus que toute autre période notamment en matière de distraction et de déplacement des familles algériennes.

Aussi prévoyant que peut être un ménage, il est difficile de faire face aux impératifs de la rentrée sociale. Si la classe moyenne redoute cette période, qu’en est-il pour les familles démunies qui ne disposent que d’un seul salaire ? Les familles algériennes n’en sont pas moins perplexes face au paradoxe de la donne algérienne caractérisée par un décalage entre la bonne santé financière de l’Algérie, les chantiers lancés à travers toutes les régions du pays et la réalité sociale de la majorité des citoyens qui n’arrivent pas à subvenir aux besoins grandissants et diversifiés de leurs familles.

Pour les pouvoirs publics et les économistes, il n’existe aucun paradoxe dans la mesure où cette richesse, d’une part, n’est pas le produit de toutes les activités économiques de l’Algérie et, d’autre part, elle est destinée à relancer la croissance et à favoriser un développement harmonieux de toutes les régions afin, justement, de diversifier les ressources créatrices de richesses devant se traduire à terme par une amélioration du niveau de vie et du pouvoir d’achat des citoyens.

Synthèse de Kahina, algerie-dz.Com
D’après la Tribune