ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Le Sahel prochaine base d’El-Qaida ?

 
La campagne américaine contre le terrorisme "a ouvert un front dans une région (Sahel) que les responsables militaires craignent de voir devenir la prochaine base d’El-Qaida", a rapporté le quotidien américain "New York Times".
vendredi 14 mai 2004.

Dans un long article paru a sa une, le journal a apporté plus de détails sur le programme américain "pan Sahel initiative" de coopération avec les pays de la région du Sahel et du Maghreb dans le cadre de la lutte anti-terroriste et, particulièrement, contre le GSPC.

Faisant référence à la réunion qui avait regroupé récemment à Stuttgart (Allemagne) les plus hauts responsables militaires maghrébins et Sahéliens et leurs homologues américains du commandement européen des forces armées américaines (Uscom), l’article reflète le sentiment des militaires américains qui considèrent que cette région est devenue "un nouvel Afghanistan, ou des groupes armes islamistes bien finances recrutent, s’entraînent et s’arment".

Reprenant les propos de responsables us, le journal américain affirme que les attentats du 11 mars dernier à Madrid "semblent avoir un lien nord-africain" et "présagent d’autres attaques en Europe". Cependant, relève le quotidien new-yorkais, "les responsables militaires américains, ayant tire les enseignements des erreurs commises en Afghanistan et en Irak, ont décidé d’adopter une nouvelle approche" pour faire face à cette nouvelle menace. Ainsi, les Etats-Unis avaient décidé de lancer un programme régional "pan Sahel initiative" de coopération militaire avec six pays de la région dont l’Algérie, impliquant beaucoup plus les forces militaires de ces pays que celles des Etats-Unis. Les responsables américains ont préféré fournir une aide financière de l’ordre de 125 millions de dollars (étalés sur 5 ans) à ces pays, leur fournir le matériel nécessaire pour sécuriser des frontières poreuses et difficiles à contrôler, et former des unités de forces spéciales locales.

Selon le New York Times, les Etats-Unis ont dernièrement fait intervenir un avion de reconnaissance de la marine américaine (Orion p3), qui assurait auparavant la surveillance des sous-marins de l’ex-Union soviétique, pour détecter des positions du GSPC et alerter les forces de la région.

Ainsi, le groupe terroriste avait été chasse par les maliens en direction du Niger, d’où il a été poursuivi jusqu’au Tchad "ou, grâce à un appui logistique fourni par les Américains, les Tchadiens ont tué ou capturé 43 membres du groupe", ajoute le quotidien. Il y a quelques mois de cela, selon le "New-York Times" , Abderrezak "El-Para" s’était lancé dans une vaste opération d’acquisition de nouveaux armements, grâce à la rançon de près de 6 millions de dollars que lui aurait fournie les allemands en échange de la libération de 32 touristes européens.

Le journal ajoute que "les services de renseignement américains et algériens suivaient les mouvements du groupe en alerte" et, en février, "les forces algériennes ont intercepte un convoi transportant des armes en provenance du Mali et comprenant, entre autres, des mortiers, des RPG et des missiles sol-air".

Selon le quotidien américain, le général américain Charles Wald, qui est le responsable adjoint de l’USCOM en Europe, a déclaré que "les groupes armes sont équipés de matériel GPS de positionnement par satellite. Ce qui leur permet, ajoute-t-il, "d’enterrer des armes quelque part dans les sables du désert et de savoir, après, où se trouvent exactement ces armes".

Par ailleurs, indique le journal, le commandement européen des forces américaines a qualifié d’"historique" la tenue de prochaines manœuvres conjointes des forces spéciales maghrébines, sahéliennes et américaines

Source APS