ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Identification des mobiles en Algérie

 
Malgré l’obligation introduite en Algérie d’identifier chaque acquéreur de puce de portable vendue par les opérateurs et autres magasins de téléphonie mobile, un nombre important de puces de portables restent non identifiées, et parfois utilisées par les terroristes.
vendredi 15 septembre 2006.

Identification des mobiles en Algérie. Hier, le directeur général de l’opérateur téléphonique mobile Nedjma a tenu à affirmer la soumission de son entreprise à la réglementation. Lors d’une conférence de presse destinée à promouvoir le lancement d’une nouvelle offre de services et en répondant à une question sur l’utilisation par les groupes armés du téléphone portable pour activer des bombes, André Halley a affirmé que son entreprise reçoit de manière régulière les informations concernant le nombre de puces vendues en Algérie. « Notre réseau de distribution nous informe à 100% sur les puces vendues. Nous n’hésitons pas à utiliser des incitatifs à l’adresse de nos distributeurs afin de faire en sorte que l’information nous parvienne très vite », explique-t-il.

A la question de savoir si l’opérateur Nedjma a été approché par les services de sécurité dans la cadre de l’enquête se rapportant aux poseurs de bombes, le même responsable indique qu’il est tout à fait réglementaire que l’entreprise soit en rapport constant avec les autorités de l’Etat afin de lui fournir toutes les informations requises. M. Halley précise que Nedjma, filiale de Watanya Telecom Algérie, adopte de manière systématique la démarche de validation des contrats suite à chaque achat de puce. « Nous appelons nos abonnés fréquemment pour vérifier les contrats et exigeons de nos distributeurs des informations sur chaque puce vendue. Maintenant, si le distributeur nous ment, la faute ne nous incombe pas », dira le directeur général de Nedjma.

Certes, le distributeur est à incriminer dans le cas où il a menti, mais pourquoi ne pas exiger des copies des cartes d’identité aux acquéreurs des puces afin d’éviter de tomber dans la recherche du gain sans penser aux conséquences. En Algérie, des distributeurs recourent à la vente de puces sans exiger à l’acheteur de signer un contrat, il devient, de ce fait, un acheteur anonyme difficile à identifier pouvant utiliser son portable pour nuire sans craindre d’être démasqué. Notons que le marché compte trois opérateurs de téléphonie mobile fournissant des services à pas moins de 18 millions d’abonnés. Un marché florissant vivant au rythme effréné de la concurrence dont profite malheureusement le terrorisme.

Synthèse de Billal, algerie-dz.com
D’après la nouvelle république