ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Algérie : un ramadhan sans pénuries ?

 
A l’approche du ramadhan en Algérie, le ministre du commerce, El Hachemi Djaaboub, se voulait rassurant quant à la disponibilité des produits alimentaires et agricoles à des prix raisonnables pendant le mois sacré.
mardi 19 septembre 2006.

Algérie : un ramadhan sans pénuries ? Pour le ministre, qui présidait une séance de travail à la Chambre de commerce et de l’industrie (CACI) consacrée à l’encadrement et à la surveillance du marché intérieur durant le mois de jeûne, « la flambée des prix, c’est la faute au consommateur qui se rue de manière frénétique sur les produits de consommation. Car, cet affolement crée un rush, ce qui fera grimper inutilement les prix », a déclaré en substance M. Djaaboub, qui intervenait en présence des directeurs régionaux de commerce, des chefs d’inspections frontières, de l’Union générale des commerçants et artisans algériens et des associations de protection de consommateurs.

Evoquant le programme tracé durant le mois de ramadhan, le ministre a fait part du renforcement des moyens mis en place pour assurer la sécurité du consommateur et lutter contre « les pratiques spéculatives ». Il dira que 100 nouveaux véhicules et 3 500 agents de contrôle seront mobilisés à travers l’Algérie au niveau des centres de stockage, notamment au niveau des chambres froides, des abattoirs et des poissonneries. Il a également fait part d’un programme national pour le recrutement de 1 500 agents pour l’encadrement du travail de contrôle.

Il a annoncé la création de onze pêcheries à travers le pays et la réalisation de nouveaux marchés de gros et de marchés couverts, estimant qu’il est dommage qu’en 2006 le pays ne compte que 40 marchés de gros de fruits et légumes qui, en plus, ne répondent même pas aux normes. Le nombre d’abattoirs reste lui aussi dérisoire : seulement 270 à travers l’Algérie. Le ministre a confirmé, en outre, que la mise en place d’un réseau national de marchés de gros et de marchés couverts permettra de sécuriser le consommateur, d’absorber les commerçants ambulants qui exercent dans l’illégalité. Elle permettra aussi à l’Etat de réguler le marché et de contrôler la qualité et les prix.

Synthèse de Mourad, algerie-dz.com
D’après la Tribune