ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Algérie : les retraités exigent une augmentation

 
La cherté de la vie en Algérie et la bonne situation financière du pays semblent les principaux arguments avancés par le retraités pour exiger une hausse de leurs pensions, et menace le gouvernement de recourir à une journée de protestation dans le cas contraire.
jeudi 28 septembre 2006.

Algérie : les retraités exigent une augmentation Dans un communiqué rendu public hier, la FNTR a affirmé qu’elle allait mettre à exécution sa menace si aucune réponse ne venait la rassurer et la conforter, d’ici à 15 jours. Cette décision prise lors d’une réunion extraordinaire, tenue hier par le secrétariat du FNTR, fait suite à la mise au point rendue publique par la Caisse nationale de retraite (CNR) indiquant que les retraites proportionnelles et les retraites sans condition d’âge seront exclues du bénéfice des mesures présidentielles et suite aussi aux dernières déclarations du ministre du Travail et de la Sécurité nationale.

Dans le même communiqué, la FNTR note que « dans ses déclarations, la CNR introduit une confusion susceptible d’induire en erreur les moins avertis, entre le relèvement au minimum légal (75% du SNMG) prévu par la loi 83-12 qui exclut de son bénéfice les retraites proportionnelles et les retraites sans condition d’âge, et l’indemnité complémentaire mensuelle (ICPRI) décidée par le président de la République au profit de tous les retraités du régime des salariés en Algérie percevant une pension inférieure à 10.000 DA, et ce, d’autant plus que la loi des finances complémentaire n’introduit aucune exception ».

Le secrétariat de la FNTR regrette par ailleurs les propos « injustes » tenus, samedi, par le ministre du Travail et de la Sécurité sociale, lors de la cérémonie de départ à la retraite de la CNAS. Le secrétariat fédéral s’est dit choqué par « les accusations et les menaces proférées à l’encontre de ses membres au motif que la commission exécutive fédérale, réunie le 20 septembre dernier, a élevé une protestation et dénoncé le traitement discriminatoire dans l’application des décisions du président de la République prises en faveur des retraités, dont le montant mensuel de la pension est inférieur à 10.000 DA ».

Par ailleurs, la FNTR a relevé qu’en reconnaissant que les retraites proportionnelles et les retraites sans condition d’âge inférieurs au seuil des 10.000 DA ne sont pas prises en compte dans le bénéfice des décisions prises par le président de la République, on se référait aux articles 6 bis et 16 de la loi 83-12 sur les retraites. « Or, fait remarquer la fédération des retraités, il ne s’agit pas dans le cas présent comme stipulé dans la loi de les faire bénéficier du minimum légal fixé à 75% du SNMG, mais de leur appliquer la mesure exceptionnelle prise par le président de la République, qui a introduit une indemnité complémentaire mensuelle (ICPRI) au profit des titulaires de pension de retraite et des titulaires des pension d’invalidité dont le montant mensuel légal est inférieur à 10.000 DA ».

Synthèse de Samir, algerie-dz.com
D’après le Quotidien d’Oran