ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

La hausse des salaires en Algérie confirmée

 
La hausse des salaires de travailleurs du privé en Algérie se confirme après l’accord conclu entre l’UGTA et la coordination du patronat, représentée par la CAP, le CNPA, la CGEA, la CIPA et SEVE.
samedi 30 septembre 2006.

La hausse des salaires en Algérie confirmée En effet, si le chapitre relatif à la codification des relations du travail a été vite adopté par les deux parties, le volet traitant de la question salariale du secteur privé en Algérie a été au centre de rudes négociations entre les représentants des travailleurs et les patrons. L’annonce faite lors de la première rencontre par la centrale syndicale au sujet de l’acceptation de la coordination patronale d’une augmentation de 20% des salaires des travailleurs du secteur a été autrement commentée par les présidents des organisations patronales présents à cette rencontre.

Ainsi, il a fallu rediscuter de la question une seconde fois, soulignant que le principe de l’augmentation des salaires pour les travailleurs du secteur privé en Algérie « est chose acquise pour les travailleurs de ce secteur ». Les débats engagés sur cette question ont permis aux deux parties de se mettre d’accord « sur une augmentation des salaires variant entre 10 et 20% ». L’accord contenu dans un communiqué commun bipartite signé entre l’UGTA et les organisations patronales indique à ce sujet, que « les deux parties ont adopté la convention collective cadre relative à la codification des relations de travail ».

En matière de salaires, ajoute la même source, « les deux parties ont convenu d’une augmentation du salaire de base des travailleurs du secteur privé économique se situant entre 10% et un maxima, en tenant compte des spécificités économiques et financières des différents secteurs d’activités en Algérie. Cette augmentation sera rendue effective à l’issue des négociations de branches avec effet à compter du 1er octobre 2006". En d’autres termes, si le principe d’augmentation a été acquis, les négociations doivent se faire par branches, comme c’est le cas entre les SGP et les fédérations dans le secteur économique public. Cet accord a été qualifié par le secrétaire général de l’UGTA d’ardu et d’intéressant, tout en remerciant les organisations patronales « qui ont répondu à une des plus importantes revendications de la centrale syndicale, à savoir la convention-cadre en ce qui concerne les relations de travail », estimant que « c’est la première fois que nous concrétisons un accord avec le secteur économique privé ».

Synthèse de Ahlem, algerie-dz.com
D’après le Quotidien d’Oran