ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

L’Algérie renforcera la surveillance des côtes

 
L’Algérie va prochainement se doter d’un plan de surveillande de ses côtes pour mieux surveiller ses ressources halieutiques et lutter contre la mafia du poisson.
lundi 2 octobre 2006.

L'Algérie renforcera la surveillance des côtes Cette information révélée hier par M. Toufik Rahmani, directeur général de la chambre nationale de la pêche lors d’une conférence de presse organisée par l’union nationale des commerçants et artisans algériens (UGCA), revêt incontestablement un caractère particulier dans la mesure où ce sera une première pour ce secteur qui connaît de graves dérives commises par certains professionnels de la pêche qui transgressent les lois en vigueur en Algérie. Le premier responsable de la chambre nationale de la pêche a, à vrai dire, réagi aux questions des journalistes sur l’utilisation de la dynamite par certains marins et la vente du poisson à des armateurs étrangers.

Ce plan de surveillance des côtes s’articulera sur deux volets, l’un répressif contre les fraudeurs et l’autre entrant dans le cadre de la sécurité de la navigation. Lors de son intervention, M. Hocine Bellout, président du comité national des marins pêcheurs, poissonnier et membre du conseil national de l’UGCA, a mis l’accent sur les graves dérives constatées surtout dans le créneau du corail. Il citera à titre d’exemple l’affaire de 136 kilogrammes de corail saisis à El-Tarf le 31 janvier 2006. Il rappellera aussi d’autres affaires, comme la saisine de 23 kilogrammes de corail dans la même wilaya. Les auteurs de ces trafics ont certes été déférés devant la justice, mais combien sont-ils à pouvoir passer entre les mailles du filet.

C’est justement pour lutter contre ces trafics que ce plan de surveillance sera, entre autres, élaboré. Il faut noter dans ce contexte qu’une société espagnole, qui a mené une étude de plus d’une année, a dressé la cartographie des zones de pêche des côtes algériennes. Ce travail, qui a permis de découvrir de nouvelles zones de pêche, sera une aubaine pour les marins pêcheurs qui n’auront plus qu’à suivre leur GPS pour réaliser de bonnes prises. Pour développer le secteur de la pêche en Algérie, il préconise le contrôle vigoureux par l’État.

Synthèse de Mourad, algerie-dz.com
D’après Liberté