ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Les aârouch de Tizi Ouzou dénoncent la répression à Tkout

 
Les citoyens de la commune de Tkout, située au coeur de la wilaya de Batna, subissent les affres de la répression du pouvoir maffieux et assassin.
lundi 17 mai 2004.

« Suite à l’assassinat d’un jeune citoyen du village de Taghit de cette commune, dans la nuit de jeudi, par des gardes communaux zélés et à l’enlèvement par la gendarmerie du compagnon de la victime, les citoyens se sont mobilisés pour dénoncer cet acte prémédité. Depuis vendredi la tension n’a pas cessé d’augmenter. Les forces de répression, qui ont commis l’irréparable, obéissant au régime heggar, n’ont pas arrêté de multiplier les provocations et les exactions, exacerbant la colère de la population.

En effet, les gendarmes mafieux et assassins, renforcés par un impressionnant dispositif d’escadrons de la mort, ont instauré un climat de terreur généralisé : passage à tabac des passants innocents, arrestation de plusieurs dizaines de citoyens, atteinte à l’honneur et à la dignité des villageois, violation de domiciles nocturne sans mandat de perquisition, expédition punitive et chasse aux délégués du mouvement citoyen des aârouch, ciblant même le délégué Selim Yezza.

Face à ce drame vécu par nos frères des Aurès, le mouvement des aârouch se pose la question sur les objectifs et les responsables de ces actes perpétrés au même moment dans les wilayas de Khenchela, Ouargla, Bordj Bou Arréridj, Djelfa et Batna. Il réaffirme encore une fois que seul et uniquement l’alternative de la résistance citoyenne à une dynamique de lutte nationale, rassembleuse et unificatrice dans un cadre pacifique et démocratique, peut constituer le rapport de force citoyen indispensable pour imposer le changement face à ce système corrompu et corrupteur. Le mouvement citoyen des aârouch, tout en apportant son soutien indéfectible et en alertant l’opinion publique nationale et internationale, dénonce énergiquement les graves dépassements constatés au niveau de la localité de Tkout et exige la prise en charge par les représentants de l’Etat des doléances exprimées dans la rue, notamment la libération immédiate et inconditionnelle des détenus ; l’arrêt des expéditions punitives et de la chasse aux délégués ; l’arrestation des responsables, des commanditaires, des exécutants du crime de Taghit et leur jugement par un tribunal civil et le retrait immédiat et inconditionnel des renforts dépêchés sur place.

Enfin, le mouvement citoyen des aârouch réitère ses positions de principe et son engagement à poursuivre le combat citoyen jusqu’à la satisfaction de la plate-forme d’El Kseur, scellée et non négociable, explicitée à Larbâa Nath Irathen à travers la mise en application du document historique et consensuel de cette honorable plate-forme. Par ailleurs, une cellule de crise est installée par la présidence tournante afin de suivre de près l’évolution de la situation au niveau des Aurès et de préparer d’éventuelles actions de solidarité. »

Par La Coordination des aârouch, daïras et communes de la wilaya de Tizi Ouzou, Le Matin