ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

L’armée ratisse en Kabylie

 
Pour nettoyer les maquis de Kabylie utilisés par les terroristes du GSPC comme refuges, l’armée nationale a renforcé sa présence sur les lieux et a entrepris des ratissages avec d’importants moyens militaires.
lundi 30 octobre 2006.

L'armée ratisse en Kabylie Lors de l’opération militaire sur Boumahni, les forces de l’ordres ont, rappelons-le, éliminé un « important » terroriste, détruit plusieurs casemates et récupéré, selon plusieurs sources, d’importants indices pouvant permettre, dans l’avenir, de neutraliser au moins les réseaux de soutien et aussi de faire cesser les incursions d’éléments venus, pour la plupart, des environs de la zone sud de la daïra de Kadiria, telles les régions de Djebahia avec Aïn Lazerah, Lahguiat et au dessus de Ben Haroun : la région de Souffla contiguë à Aïn Bessem. Cette région a vécu le calvaire durant la décennie rouge et semble constituer pour les groupes armés un gisement de recrutement.

Depuis ces jours derniers les éléments de l’ANP ont redoublé d’efforts et lancé de vastes opérations de ratissage dans plusieurs localités de Kabylie, notamment côté de Boghni, ciblant principalement le massif forestier dit Thizgui N’Cheikh. Hier matin, l’armée a entrepris de bombarder les zones suspectées d’avoir été minées par les terroristes afin de désamorcer les éventuelles bombes artisanales que les éléments du Gspc ont l’habitude de semer afin, justement, de ralentir une éventuelle progression des forces de l’ordre. Les lieux étaient réputés servir de transit ou même de refuge aux terroristes sévissant dans l’axe Draâ El Mizan - les Ouadhias.

Par ailleurs, les forces de l’ordre ont, selon des sources, mis le paquet dans une vaste opération de ratissage déclenchée avant-hier et qui semble vouloir durer au moins jusqu’à la fin de la semaine en cours. L’axe ciblé étant entre Aïn El Hammam et le village d’Aït Hichem plus exactement aux environs du village de Boudafal. Les voies d’accès menant vers Aït Yahia, Mekla, Aïn El Hammam et Larbaâ Nath Irathen ont été bouclées par l’armée. Les forces de l’ordre ont, et à l’aide d’hélicoptères, survolé les maquis de la région et bombardé aux roquettes les endroits suspects. Selon des villageois durant la nuit d’avant-hier samedi, treize éléments terroristes ont été aperçus fuyant les lieux.

Synthèse de Kahina, algerie-dz.com
D’après l’Expression