ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

La Grande-Bretagne et l’Algérie parlent religion

 
L’ambassadeur de la Grande-Bretagne en Algérie, Andrew Tesoriere, a affirmé son gouvernement s’intéresse à l’expérience de l’Algérie en Islam et ambitionne de relancer les débats entre les différences communautés de son pays pour mieux comprendre et expliquer la religion musulmane.
mardi 7 novembre 2006.

La Grande-Bretagne et l'Algérie parlent religion « Il faut surmonter l’incompréhension qui existait entre nos deux pays ». « Nous voulons vous connaître davantage et profiter de votre expérience pour savoir ce qu’on peut faire ensemble ». Ce sont là quelques propos de l’ambassadeur de la Grande-Bretagne en Algérie qui était accompagné d’une délégation de représentants de la communauté musulmane en Grande-Bretagne pour lancer un débat sur le dialogue des religions et des différentes communautés qui existent en Angleterre, notamment algérienne. Pourquoi la représentation diplomatique britannique a-t-elle décidé d’initier ce genre de débat dans notre pays aujourd’hui ?

Pour l’ambassadeur, qui rappellera au passage la décennie noire qu’a vécue l’Algérie et qui fait partie, dit-il, maintenant du passé, l’objectif fondamental de la rencontre c’est de débattre sereinement de la communauté musulmane, de l’Islam et de ses concepts pour éviter dans le futur les « amalgames » tels qu’entretenus par certains aussi bien en Angleterre qu’ailleurs. Des musulmans établis en Angleterre, notamment des Algériens, se sont relayés à la tribune d’El Moudjahid pour raconter en quelque sorte leur expérience dans un pays devenu de plus en plus inaccessible pour les étrangers de confession musulmane. Pour Malek Abderahmane, journaliste au Royaume-Uni et membre de la délégation, beaucoup a été écrit sur les extrémistes musulmans basés en Angleterre, mais il n’en demeure pas moins, d’après lui, que ces gens qui appellent à la violence sous couvert de l’Islam que ce soit en Occident ou en Algérie restent minoritaires.

Un autre membre de la délégation qui met les pieds pour la première fois en Algérie expliquera que le concept « d’islamophobie » ne date pas d’aujourd’hui et qu’il y a eu toujours une résistance aux idées que véhicule l’Islam en tant que religion. Il dira que les musulmans établis notamment en Angleterre ont su gérer la situation efficacement après les attentats qui ont secoué la planète malgré le fait que tous les regards étaient braqués à tort vers chaque musulman. Les intervenants ont abondé presque tous dans le même sens, à savoir qu’en Angleterre la vie n’est certes pas rose pour tout le monde, y compris pour les Anglais d’origine, mais il reste, soutiennent-ils, que l’intégration dans n’importe quel pays passe nécessairement par le respect des lois propres à chaque pays.

Synthèse de Billal, algerie-dz.com
D’après le Quotidien d’Oran