ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Algérie-France : traitement des visas plus rapide

 
En visite en Algérie, le ministre français Nicolas Sarkozy a annoncé un assouplissement dans le traitement des demandes de visas des algériens qui souhaitent se rendre en France.
mardi 14 novembre 2006.

Algérie-France : traitement des visas plus rapide Le ministre français de l’Intérieur, Nicolas Sarkozy, a annoncé hier à Alger la suppression de la consultation préalable des pays européens de l’espace Schengen avant la délivrance de visas aux ressortissants algériens. Une bonne nouvelle pour les centaines de milliers de demandeurs de visas. Jusque-là, les demandes de visas déposées par des Algériens pour entrer en France devaient avoir le feu vert préalable des pays européens de l’espace Schengen. Officiellement, les partenaires de la France craignaient l’infiltration de terroristes islamistes. Un argument devenu caduc avec la nette amélioration de la situation sécuritaire en Algérie.

L’abrogation de cette procédure « permettra de réduire très nettement le temps d’obtention des visas », a déclaré Sarkozy, qui a fait état également de la volonté de l’Algérie, exprimée par son homologue algérien Yazid Zerhouni, de « travailler très étroitement avec la France contre le terrorisme ». Le ministre français de l’Intérieur a fait cette annonce à l’issue d’un entretien avec Zerhouni et une réunion avec le chef du gouvernement Abdelaziz Belkhadem, qu’il a rencontrés successivement au Palais du gouvernement, peu après son arrivée pour une visite de deux jours en Algérie.

La suppression de cette consultation concerne les visas ordinaires et les visas diplomatiques, a-t-il précisé. Conséquence, les demandes de visas seront traitées en quelques jours, au lieu des trois semaines minimum qui étaient nécessaires avec la procédure de consultation. Jugée humiliante et discriminatoire par l’Algérie, la procédure de consultation n’était pas justifiée avec le premier partenaire économique de la France dans le monde arabe. En dehors de l’OCDE, l’Algérie représente le deuxième partenaire commercial de la France. La suppression de la procédure de consultation ne signifie pas cependant plus de visas aux Algériens. Ni l’amélioration des conditions générales d’octroi du fameux document.

Synthèse de Rayane, algerie-dz.com
D’après le Quotidien d’Oran