ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Algérie : un juge assassiné à Annaba

 
Originaire de Annaba dans l’est de l’Algérie, le magistrat de la Cour de Oum El-Bouaghi, Bouterfa Nabil, a été lâchement assassiné par des individus armés sur la route reliant la wilaya de Constantine et celle de Annaba.
samedi 9 décembre 2006.

Ville de Annaba en Algérie Le défunt Bouterfa Nabil, âgé d’une quarantaine d’années, exerçant les fonctions de juge des affaires civiles chargé de la section commerciale à la Cour de Oum El-Bouaghi, rentrait comme il le faisait pratiquement chaque mercredi quand le temps lui permettait, à Annaba (est de l’Algérie), sa ville natale pour le week-end. Ce jeudi, l’ancien procureur de la République adjoint de Aïn M’lila, qui avait rejoint la Cour de Oum El-Bouaghi à la faveur du dernier mouvement des magistrats, supposé avoir regagné le domicile familial, ne donna aucun signe de vie.

La veille au soir, précisément à 21 heures, des automobilistes empruntant la voie express Berrahal - Annaba, seront intrigués par la présence d’un véhicule maladroitement garé sur le bas-côté, toutes portes ouvertes. Tout autour des feuilles volantes, des chemises et autres porte-documents jonchaient le sol. La curiosité de ces gens de passage est d’autant plus attisée par l’absence du chauffeur. Aussitôt les services de gendarmerie sont alertés et déjà les gens qui connaissaient le lieu pressentaient le drame. En effet, on saura que le véhicule a été trouvé sur le tronçon qui longe le lieu-dit Oued El-Nil, précisément à Oued Ziad, un endroit réputé comme véritable coupe-gorge pour les automobilistes la nuit et qui a été le théâtre de nombre d’agressions suivies de vol.

Les recherches déclenchées la nuit même pour retrouver le propriétaire du véhicule ne donneront finalement rien. Les services de sécurité procédèrent le lendemain à la levée du jour à un ratissage de la zone qui dura pratiquement toute la journée de jeudi. Et ce n’est que dans l’après-midi qu’ils découvriront le corps sans vie de Nabil Bouterfa, caché dans les fourrées à plusieurs kilomètres du lieu où fut découvert la veille le véhicule. La victime avait les mains liées derrière le dos par une corde. Elle était également bâillonnée et le visage plein d’ecchymoses. Un examen plus soutenu révéla que le corps de la victime portait des traces de coups de couteau et l’impact d’au moins deux balles tirées par une arme à feu. Vraisemblablement, le meurtre n’a pas été commis au lieu-dit Oued Ziad et la victime aurait été transportée dans un autre véhicule par ses meurtriers avant d’être assassinée. Les enquêteurs n’écartent aucune hypothèse.

Synthèse de Kahina, algerie-dz.com
D’après le Quotidien d’Oran