ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Comment sauver Alger ?

 
De part l’anarchie urbaine qui la caractérique, Alger pourrait souffrir plus que d’autres villes algériennes du manque d’eau et des changements climatiques annoncées par les scientifiques.
dimanche 10 décembre 2006.

Alger suffoque en été La chaleur, le manque d’eau et la pauvreté. Le destin dispose d’un arsenal considérable de moyens pour nous rappeler les tares d’une gestion apocalyptique du cadre urbain. Les premières victimes sont souvent les laissés-pour-compte, car vague de chaleur égale surconsommation d’eau. Le Dr Laurence S. Kalkstein de l’université de Delaware explique comment des sauts de température de 7 degrés ou plus dans les villes côtières comme Alger ont des conséquence plus grandes sur les populations que des températures plus chaudes mais plus constantes des villes du désert. Un Algérois peut donc crever de chaleur si la température avoisine les 40 degrés pendant qu’un habitant de Laghouat pourra s’ajuster à 47 degrés.

Les conditions générales accompagnant une hausse de température sont importantes aussi. Sous un ciel sans nuage, Alger cuit à l’étouffée. L’humidité prend toujours forme dans cette ville, ce qui amène le corps à éprouver plus de mal à transpirer et à se rafraîchir. Un Algérois court plus vite vers l’eau qu’un habitant de Laghouat. Mais qu’est-ce qui fait souffrir les gens d’Alger lors d’une vague de chaleur ? Dans les situations normales le corps humain a l’habitude de fonctionner à l’intérieur d’un créneau de températures assez restreint. Donc, le corps conduit le sang à la peau et la transpiration dégage la chaleur de cette peau. Dans le cas d’une ville-bouilloire comme Alger et en situation de grande chaleur, le coeur est contraint de pomper plus rapidement, avec plus de force, ce qui conduit aux grands malaises, voire à la congestion cérébrale.

C’est un effet de séchage et de mouillage qui s’affronte. Le coeur se trouve seul à affronter cet ennemi extérieur qu’est l’humidité provoquée non seulement par la proximité de la mer mais du comment et en quoi le cadre urbain est fait. Les premiers qui souffrent sont les bébés et les personnes âgées. Les gens peuvent remarquer que les rues fortement boisées et héritées de l’époque coloniale sont relativement plus clémentes mais attention. Elles ne peuvent parfois rien arranger lorsqu’une capitale nourrit elle-même la chaleur et invite le soleil à lui faire son effet de loupe. La structure de la ville d’Alger, comme a souligné Kalkstein en parlant des villes africaines, est un élément à considérer. Ainsi, il s’agit pour nous de se demander quel type de maison les Algériens sont en train de construire.

On ne peut jamais vivre avec des fenêtres d’un seul côté. Les lotissements populaires de la périphérie algéroise sont suffocants. Que dire des ménages très pauvres se trouvant entassés dans des carcasses de béton, sans la moindre végétation. Alger ne peut connaître le bien-être sans une discipline urbaine rigoureuse, sans reboisement et plantation d’arbres, sans gestion planifiée de l’environnement et sans bonne récupération des eaux pluviales. Rien de neuf d’ailleurs. Des ingénieux systèmes de récupération des eaux de pluie existent déjà à la cité cirtéenne de Massinissa.

Synthèse de Billal, algerie-dz.com
D’après le Quotidien d’Oran