ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

La décentralisation, un atout pour l’Algérie

 
La mise en place d’une politique de décentralisation en Algérie permettra l’adaptation de l’organisation des services de l’Etat aux spécificités des grandes villes algériennes.
lundi 11 décembre 2006.

La décentralisation pour plus d'efficacité dans la gestion des villes d'Algérie Le rapport de l’atelier 1, relatif à l’état de mise en oeuvre des directives et des recommandations issues de la dernière réunion gouvernement-walis, indique que quatre-vingts recommandations ont donné lieu à des programmes d’actions menées par différents départements. Ces recommandations ont été traduites par des mesures législatives, réglementaires ou organisationnelles. Evoquant la clarification des prérogatives entre l’Etat et les collectivités locales, il est signalé « que la réforme des lois relatives à la commune et à la wilaya doit être mue par des objectifs de délimitation claire des compétences des assemblées et de transfert des compétences et des moyens financiers, selon une conception avancée de la décentralisation et de la déconcentralisation » en Algérie.

L’adaptation de l’organisation des services de l’Etat aux spécificités des grandes villes et l’augmentation des quotes-parts d’impôts, taxes et droits revenant aux collectivités locales en relation avec leurs charges, figurent parmi les recommandations. Le document précise en outre que l’approfondissement du développement local et la réalisation d’équipements de proximité doivent passer par l’élargissement des plans communaux de développement et l’amélioration des procédures, notamment la réglementation des marchés publics en Algérie. Quant à la gestion urbaine, il est préconisé la création d’un nouveau système de gestion urbaine qui consacre le principe de l’unité de la ville et garantit une unité de gestion.

Pour sa part, le projet de réforme des systèmes financiers en Algérie vise essentiellement, dans un cadre de transparence, à renforcer la capacité de prévision, de rationalisation des choix budgétaires et de gestion des dépenses publiques de l’Etat à moyen terme. Les nouveaux principes de cette réforme, tels que définis par le rapport, reposent particulièrement sur une approche pluriannuelle de gestion des recettes et des dépenses dans le cadre d’un programme de dépenses à moyen terme. Il s’agit également d’une budgétisation par programme. De même, ce projet de modernisation préconise l’élaboration d’un budget regroupant l’ensemble des dépenses de l’Etat dans un document budgétaire unique. Le programme de soutien au renouveau rural vise entre autres à contribuer à la viabilité des zones rurales en améliorant les conditions d’emploi, stabiliser les populations, etc.

Synthèse de Samir, algerie-dz.com
D’après le Quotidien d’Oran